Retour

Retour
Analyses - 17 mai 2005

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

mai 2005

Recherche

L
Imprimer Produits et activités,

Commentaires du professeur Liping Cai sur le texte «Parcs d’attractions: que nous réserve 2005?»

Expert associé au Réseau de veille en tourisme, M. Liping Cai est professeur et directeur au Purdue Tourism & Hospitality Research Center de l’Université Purdue, Indiana. Voici ses commentaires au sujet de l’analyse intitulée «Parcs d’attractions: que nous réserve 2005?».

Nombreux sont les parcs d’attractions qui offrent aux visiteurs des activités ou des thématiques aquatiques, que ce soit dans un milieu créé de toutes pièces ou qu’il s’agisse d’aménagements autour d’un plan d’eau naturel. Bien sûr, les parcs d’attractions ne disposent pas tous d’activités ou de thématiques aquatiques, et ces dernières ne sont pas uniquement associées à des parcs d’attractions.

Les parcs aquatiques intérieurs, situés dans un complexe hôtelier ou à proximité, sont-ils des parcs d’attractions? L’auteure, Françoise Mommens, (lire: «Parcs d’attractions: que nous réserve 2005?»), qui constate la popularité croissante des parcs aquatiques intérieurs et la définit comme une tendance, semble le croire. Sans engager le débat sur la définition du parc d’attractions par opposition au parc intérieur, il conviendrait peut-être de réfléchir au rôle des thématiques et activités aquatiques dans le développement d’une destination touristique, qu’il s’agisse d’une plage (près d’un lac), d’un parc d’attractions (thématique) ou d’un hôtel.

Depuis les tout premiers débuts du voyage d’agrément, l’eau constitue un élément attractif d’une destination. Elle se présente – pour le plaisir des sens et la satisfaction des visiteurs – majoritairement de deux façons, soit en environnement naturel, tels un lac ou une rivière, soit en milieu artificiel bâti, comme par exemple, une fontaine ou une chute alimentée à l’électricité dans un parc urbain. Les deux formes ne s’excluent pas mutuellement. Ainsi, un centre de villégiature situé en bordure d’un lac comprend les deux. Les parcs aquatiques intérieurs et ceux jumelés à un hôtel tiennent plus du milieu artificiel que de l’environnement naturel. Il faudrait se demander d’où vient leur popularité. Est-ce un simple effet de la concurrence et de la chaude lutte que mène chacun pour différencier son produit ou s’agit-il d’une véritable tendance dans une industrie désireuse de répondre à la demande du marché? Ce n’est pourtant pas la première fois que les hôteliers misent sur un élément «aquatique» pour faire valoir leur établissement: bains tourbillons, baignoires de massage (jaccuzzis), fontaines, rigoles intérieures, et piscines – même dans les hôtels bas de gamme – en témoignent.

L’eau est source de vie. Qu’il s’agisse d’un océan, d’un lac ou d’une rivière, son pouvoir d’attraction sur les visiteurs et les vacanciers découle d’un besoin fondamental. En agissant un peu à la manière du «flux sanguin», la circulation de l’eau unit l’humain à la nature. La popularité des parcs aquatiques intérieurs signifie-t-elle que dans son élément naturel l’eau exerce moins d’attrait? Les gens cherchent-ils un environnement plus sûr et mieux contrôlé pour s’en rapprocher?

L’auteure mentionne à juste titre le «facteur Chine» dans son texte. Les Chinois accordent une grande importance à l’eau dans leurs voyages d’agrément. En fait, un très vieil adage chinois associe les voyages «aux jeux dans l’eau et aux promenades en montagne». Si le visiteur chinois accorde autant d’importance à l’eau, il faudra miser sérieusement sur l’élément aquatique dans l’aménagement des destinations et des projets récréotouristiques qui lui sont destinés. C’est un mythe, par contre, de croire qu’il faudra adapter les frais et les tarifs au niveau de vie des Chinois. Les statistiques abondent pour démontrer que les Chinois, lorsqu’ils voyagent hors de la Chine continentale, dépensent souvent plus que les touristes de pays plus développés.

Liping A. Cai, professeur associé et directeur, Tourism & Hospitality Research Center, Department of Hospitality & Tourism Management, Purdue University (États-Unis)
Champs d’expertise: 

  • Hôtellerie et marketing touristique
  • Développement et marketing stratégique
  • Distribution
  • Technologies

Voir sa page personnelle

Voir les analyses de Liping A. Cai

 

Consultez notre Netiquette