Retour

Retour
Analyses - 28 juin 2006

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

juin 2006

Recherche

L
Imprimer Produits et activités,

Quand la marginalité des produits devient une tendance

Le tourisme insolite, tendance ou marginalité? Quand la «folie» s’empare du tourisme, elle trouve de plus en plus d’adeptes. Jusqu’où les entreprises touristiques sont-elles prêtes à aller pour attirer des touristes? Ou, à l’inverse, jusqu’où iront le besoin de nouveauté et la recherche d’adrénaline des individus? Peut-être que certaines idées farfelues feront école ou stimuleront la recherche d’autres idées originales.

Vouloir se vanter d’une expérience hors du commun

Que ce soit pour expérimenter la vie d’un itinérant en milieu urbain ou pour dormir dans un donjon, sous l’eau ou encore perché dans les arbres, ces types d’expériences sortent des sentiers battus et trouvent de plus en plus preneurs auprès de voyageurs en quête d’émotions fortes.

«Mixez» la télé-réalité à la Survivor avec Internet, les vacances à temps partagé et le développement durable

Avec tous ces ingrédients, vous obtiendrez non pas un site pour un concours de beauté en bikini, mais plutôt une éco-communauté développant un éco-projet sur une île exotique.

Ingrédients de base:

  • deux entrepreneurs britanniques «flyés»
  • une île dans les Fidji (Vorovoro à 25 minutes de bateau de l’île principale) avec lagons bleus idylliques, écume et cocotiers, sans eau courante ni électricité (mais accès Internet disponible!)
  • un site Internet www.tribewanted.com

Recette:

  • louer un espace (avec possibilité d’agrandissement) sur l’île pour trois ans
  • développer le projet en respectant les principes de développement durable – modifier l’île le moins possible (exclure piscines et villas climatisées)
  • former une tribu de 5000 membres payants, âgés de 18 à 68 ans, avec des intérêts, des expériences et des habiletés différents
  • instituer trois niveaux de participation financière associés au nombre de semaines permises sur l’île: nomade (120 livres sterling, une semaine, membre pour une année), chasseur (240 livres sterling, deux semaines, membre pour deux années) et guerrier (360 livres sterling, trois semaines, membre pour trois années)
  • informer les gens qu’ils auront à défrayer le coût de leur billet d’avion
  • fonctionner selon les principes démocratiques suivants: «une personne, une voix» et «premier arrivé, premier servi»
  • limiter l’accès au site à 100 personnes à la fois
  • créer une communauté en ligne afin que tous les membres de la tribu aient une voix aux discussions
  • élire douze chefs de tribu (période d’un mois) pour gouverner et vivre sur l’île
  • amener des gens venant des quatre coins de la planète à travailler en équipe
  • filmer l’expérience et suivre les progrès sur Internet
  • rejeter les commandites et accepter les produits offerts gracieusement par des compagnies socialement responsables

Vous croyez avoir tout vu en matière d’hébergement?

La yourte, le tipi, la chambre cellule, le bâtiment patrimonial, le refuge à la cime d’un arbre, l’hôtel de glace, l’hôtel sous l’eau, le donjon, la caverne, le phare, etc. (lire aussi: Les percées de l’hébergement alternatif), le Guide des Hébergements insolites propose 200 adresses à ceux que l’hôtel traditionnel rebute.

Pourquoi ne pas dormir au sommet d’une grue, à quelque 17 mètres du sol, avec possibilité de faire pivoter la cabine sur 360 degrés pour observer, selon son humeur, tantôt la ville, tantôt la mer (voir photo)? Située dans le port de Harlingen aux Pays-Bas, la cabine offre un intérieur très design (Eames et Stark); le panier du petit-déjeuner y est hissé par ascenseur.

Et que dire d’un petit hôtel qui a aménagé des fûts de vin (voir photo) pour y loger des couchettes confortables, un petit salon et autres commodités, effluves odorants en prime?

Avant de dire «bye! bye! boss», les essais-erreurs sont permis!

Une petite voix intérieure vous susurre constamment à l’oreille d’assouvir votre rêve de devenir chorégraphe, architecte, chocolatier, météorologiste, photographe ou aubergiste? Le site www.vocationvacations.com vous propose des séjours qui vous permettent de découvrir une profession. Quel que soit le but poursuivi, recherche d’un tremplin pour un nouvel emploi, poursuite d’une passion, satisfaction d’une curiosité ou quête d’une nouvelle aventure, le postulant est jumelé à un mentor et découvre toutes les facettes de l’emploi de ses rêves. Grâce à des gens passionnés, le travail devient des vacances!

Réduisez le prix de votre chambre d’hôtel en diminuant votre tour de taille

Que diriez-vous de payer le prix de votre chambre d’hôtel en fonction de votre poids? Voyant sa clientèle «s’alourdir» d’année en année, un hôtelier allemand (Ostfriesland Hotel à Norden) a décidé, pour une période donnée, de faire monter ses clients sur la balance et de facturer ses chambres à raison de 0,5 euro le kilo.

Prônant l’importance d’une bonne santé, il envisage de développer un concept en lien avec ses valeurs. Il emmène déjà des clients faire des balades en forêt et songe à engager un expert en nutrition afin d’aider ses clients à réduire leur tour de taille.

Est-ce que ce type d’initiative pèsera lourd dans la balance de l’industrie touristique? Peu importe ce que l’on en pense, cet hôtel a eu droit à tout un battage publicitaire à la grandeur du globe.

Un mouvement de «va-nu-pieds» gagne du terrain

Les adeptes du «Barefoot hiking» se multiplient. Alors que la spécialisation des chaussures atteint des sommets (marche, course, trek, escalade, etc.), plusieurs les balancent pour se balader pieds-nus dans la nature. À bas les diktats de la mode, les contraintes sociales, les inhibiteurs de sensation, leur nouveau slogan pourrait être «Join the club, sauvez 150$ et adieu les ampoules» de dire Richard Frazine, auteur du livre The Barefoot Hiker.

Actifs dans plusieurs états américains et ailleurs dans le monde, les disciples de ce regroupement sentent le besoin de communier avec la nature et en vantent les innombrables vertus tant physiques que psychologiques. Il n’y pas que des hippies qui y adhèrent, mais aussi des banquiers, des étudiants universitaires, des informaticiens, etc.

Être au top des activités!

Pourquoi pas un dîner dans les airs? Une entreprise belge (www.dinnerinthesky.com) a décidé de créer un événement «hautement» mémorable: une table de 22 places suspendue par une grue à 50 mètres dans les airs. Pour mieux comprendre le concept, une image vaut mille mots (voir photo).

Source: Springwise.

Quelques autres produits en vrac

Situé dans un complexe de loisirs à Tokyo, le Musée de la glace offre aux visiteurs de goûter une glace au cactus, au serpent à sonnette, au poisson ou au wasabi. Après la très controversée «sloche liposuccion» au Québec, jusqu’où iront les gens pour s’enquérir de nouvelles sensations?

Une agence de voyage française (www.insolite.net) se spécialise dans le tourisme d’affaires et l’animation événementielle. Que ce soit un transfert entre deux sites en voiture de collection, l’accueil dans un pub irlandais après mise en panne de l’autocar avec la complicité d’un comédien ou une halte champagne avec pianiste et trompette en plein désert…, cette agence offre différents voyages, activités, soirées, séminaires, dans près de 20 pays.

Découvrez Londres comme vous ne l’avez jamais vu en prenant place à bord des Karma Kars (www.karmakabs.com) ou bien louez-les pour différentes occasions. Quatre voitures, entièrement redécorées par un passionné, arborent chacune un univers psychédélique extravagant. Pour laquelle allez-vous craquer: l’ambiance rose bonbon de la «Ab Fab Kab» (voir photo), le jaune de la «Sheeshmahal Kar», le blanc immaculé de la «Monsoon Weeding» ou le kitch absolu de la «Bollywood Kar» avec ses tons rouges éclatants?

Après avoir observé l’engouement des gens pour certaines émissions de télévision spécialisées comme «Antiques Roadshow» et «Design on a Dime», les autorités de la Pennsylvanie ont mis sur pied différents circuits touristiques de ventes de garage.

Pour les gens qui recherchent des frissons à la frontière du cercle polaire, un «village» de saunas (de différents types, de différentes périodes et de différentes régions) ainsi qu’un musée dédié à cette activité sont actuellement en construction à la frontière nord de la Suède et de la Finlande. S’ajouteront à ce site certains commerces qui gravitent autour de cette thématique (www.kukkolaforsen.se).

Et pourquoi pas «The sky is the limit»?

Terminons avec Richard Branson de Virgin Galactic qui cogite déjà sur son expérience suborbitale dans l’espace (www.virgingalactic.com)… pas à la portée de toutes les bourses!

Il suffit d’être curieux pour que la liste s’allonge! Est-ce que la folie vous gagne?

Sources:
– Agence France-Presse. «Des glaces au cactus et au serpent à sonnette au Japon», [www.cyberpresse.ca], 2 juin 2006.
– Agence France-Presse. «L’insolite, une tendance qui se confirme», La Presse, 25 mars 2006.
– Clark, Jayne. «Tribe Wanted – on Fijian Isle», USA Today, 1er juin 2006.
– Fernand, Eirdre et Vanessa Jolly. «Du nouveau côté tourisme: Le time-share écolo et démocratique», Courrier International, 27 avril 2006.
– «Grue avec vue», Le Temps, no 2546, 26 avril 2006.
– Richardson, Darren. «Soulful Strolls for Hearty Soles», CommonGround, [www.commongroundmag.com], mars 2006.
– Springwise. «Dream Job Holidays», [www.springwise.com], 2 mai 2006.
– Springwise. «Table With a View», [www.springwise.com], 6 juillet 2006.
– The Independent. «Simon Calder: The Man Who Pays His Way», The Independent Online Edition, 28 juin 2006.
– USA Today. «Global Sauna Village Under Construction Near Polar Circle», 27 juin 2006.

 

Consultez notre Netiquette