Retour

Retour
Analyses - 18 octobre 2007

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

octobre 2007

Recherche

L
Imprimer Gestion,

La planification touristique: l’exemple de l’Espagne et du Maroc

La planification touristique constitue un exercice fort complexe en raison des différents facteurs qui influent sur l’avenir de cette industrie (économie, démographie, technologie, environnement, etc.) et de son interaction avec les autres secteurs économiques et sociaux (transports, santé, construction, etc.). L’Espagne, destination à maturité, et le Maroc, pays en émergence, se sont engagés sur cette voie en utilisant chacun une formule différente: l’une basée sur la démocratie participative et l’autre sur la méthode des scénarios.

S’interroger sur l’avenir

Pour qui s’interroge sur l’avenir, il est indispensable de comprendre le passé pour mieux se représenter l’avenir, souligne Jacques Attali, économiste, écrivain et ancien haut fonctionnaire dans le gouvernement français, dans son ouvrage Une brève histoire de l’avenir. Aussi, selon lui, la vision d’un horizon à long terme s’impose-t-elle, car, en deçà de quinze ou vingt ans, les enjeux sont relativement prévisibles.

La prospective englobe le développement de tous les aspects de la société en raison de leur interdépendance et de leur impact sur notre quotidien (travail, loisir, santé, culture, etc.). C’est pourquoi elle doit prendre en compte des variables comme les progrès technologiques, l’environnement, le dialogue entre les cultures et les religions, la diversité et la complexité de nos sociétés, l’évolution des rapports entre les nations, les bouleversements démographiques, les mouvements de population, les mutations du travail, les nouvelles formes du marché, le terrorisme, les changements climatiques, etc.

Espagne – Plan Horizon 2020

Le tourisme espagnol en chiffres:

  • 2e pays récepteur de visiteurs internationaux après la France (58,4 millions en 2006);
  • 2e pays pour les recettes internationales derrière les États-Unis (51 milliards USD en 2006);
  • industrie touristique représentant 11% du produit national brut (en stagnation);
  • 2,3 millions d’emplois directs;
  • balance de paiements positive de 26 milliards d’euros en 2005 (tendance à la baisse).

Les autorités espagnoles se sont engagées dans un exercice innovateur de planification et de prospective fondé sur la démocratie participative (donner la parole aux intervenants afin de susciter l’adhésion), le tout sur fond de Web 2.0.

Phase 1 présentée au printemps 2007

  • Processus visant à obtenir une analyse de la situation actuelle et un diagnostic sans a priori.
  • Étalé sur une période de plus de six mois.
  • Participation de sept groupes d’experts présidés par un économiste de renom.
  • Avec, pour toile de fond, deux enjeux cruciaux pour l’Europe: les changements climatiques et démographiques (arrivée massive d’immigrants).

Malgré son statut de destination vedette, la croissance de ses visiteurs et les grands progrès réalisés au cours des dernières années, l’Espagne voit sa valeur ajoutée s’amenuiser. La vive compétition et les nuages qui s’accumulent sur les destinations traditionnelles méditerranéennes lui imposent la nécessité d’agir. L’industrie touristique, à maturité, souhaite se démarquer de la concurrence, améliorer sa compétitivité et relever les défis technologiques, environnementaux et sociaux qui prévalent, le tout dans une perspective de développement durable.

Phase 2 en cours pour se terminer à la fin de 2007

  • Processus servant à susciter la réflexion, à bénéficier de l’intelligence collective et à définir des objectifs partagés par le plus grand nombre.
  • Tribune d’expression pour la communauté touristique de même que pour les organisations, les institutions et les collectivités non touristiques (organismes à but non lucratif, universités, syndicats, citoyens, etc.).
  • Sous le signe de l’interactivité, plate-forme Internet www.turismo2020.es comportant enquêtes auprès des professionnels et des administrations locales, provinciales et régionales; forum de débats avec blogues; possibilité d’ajouter des cas et des bonnes pratiques; fonctionnalité de clavardage (chat).
  • Visite des grandes villes et tenue d’une conférence sectorielle du tourisme à la fin de 2007.

Phase 3

  • Présentation du Plan du tourisme espagnol Horizon 2020.
  • Plan opérationnel pour la période 2008-2012.

Ce plan de prospective stratégique reprend cinq tendances lourdes observées depuis une dizaine d’années:

  • les technologies de l’information et de la communication;
  • les transports de moins en moins coûteux;
  • le déplacement de la demande vers des besoins d’apprentissage, de culture, de santé et de bien-être;
  • le développement durable;
  • la sécurité et la réduction des risques de tous ordres (terroristes, climatiques, sanitaires, etc.).

Le Maroc – Tourisme Maroc 2030

Le tourisme marocain en chiffres en 2006:

  • 6,6 millions d’arrivées de touristes internationaux;
  • 6 milliards USD de recettes touristiques internationales;
  • balance de paiements positive de 46 325,8 MDH en 2005 (tendance à la hausse).

Débutée en 2004, la réflexion prospective du Maroc se veut une démarche globale qui explore les futurs possibles du pays en faisant appel à l’ensemble des acteurs politiques, économiques, sociaux et culturels.

Ces travaux se concentrent sur certains secteurs privilégiés, comme le tourisme, en raison de leur impact actuel ou futur sur le développement du pays. En effet, conscient du potentiel de cette industrie, le gouvernement se fixait des objectifs ambitieux en instaurant, en 2001, une nouvelle politique touristique Vision 2010 en partenariat avec l’industrie privée.

Cette somme de connaissances, d’analyses et de réflexions sur le passé, le présent et les futurs possibles débouche sur l’élaboration de différents scénarios par le Haut Commissariat au Plan.

Le scénario tendanciel se concentre sur ce que pourrait devenir le pays si les tendances lourdes se poursuivaient et quels en seraient les implications et les risques. Les scénarios alternatifs abordent le souhaitable et le possible. Après débats, le scénario retenu servira à orienter la stratégie de développement économique et social du pays.

S’insérant dans la démarche du plan Prospective Maroc 2030, le document intitulé Tourisme Maroc 2030 présente trois scénarios:

  • Le scénario 1 souscrit au développement traditionnel du tourisme: il cible le tourisme de masse sur les marchés internationaux tout en évitant de répéter les erreurs de l’Espagne (ex. murs de béton le long du littoral). Cette alternative requiert des investissements publics et privés importants et exerce une pression négative sur l’environnement en raison d’une utilisation accrue des ressources naturelles.
  • Le scénario 2 privilégie le développement durable: s’appuyant sur trois piliers – le social, l’économique et l’environnemental –, il priorise le tourisme intérieur et rural.
  • Le scénario 3 propose l’intégration méditerranéenne: il mise sur le tourisme de niches avec une offre diversifiée et très ciblée axée sur le dialogue des cultures et l’alliance des civilisations. Scénario avant-gardiste, il vise des créneaux de pointe et d’excellence.

L’élaboration de ces scénarios s’appuie sur les mêmes tendances que celles observées en Espagne de même que sur l’offre et la demande. S’y ajoutent certains facteurs probables:

  • la forte croissance du tourisme qui accède au rang de première activité du pays;
  • le soutien du secteur public et du privé;
  • la diversification des produits et des services (soleil, congrès, thalassothérapie…);
  • une approche élargie des marchés (Brésil, Russie, Inde, Chine/BRIC et autres).

Selon J. Attali, les méthodes employées par les deux pays comportent certaines lacunes. La méthode des scénarios, utilisée par le Maroc, laisse place à la tergiversation, tandis que la méthode privilégiée par l’Espagne s’inscrit dans une volonté de décision. La vision d’un horizon à très long terme s’impose, car, en deçà de quinze ou vingt ans, les enjeux sont relativement prévisibles. La méthode espagnole présente une lacune à cet effet.

Ah… si cette chère boule de cristal pouvait tout nous révéler!

Un commentaire de Bruno Sarrasin, professeur au Département d’études urbaines et touristiques de l’ESG-UQÀM suivra dans le prochain bulletin.

Source:
- Lanquar, Robert. «Planification touristique. Questions de méthode», Espaces no 251, septembre 2007, p. 11 à 16.

Sites Internet:
- Jacques Attali [www.attali.com].
- Espagne – Tourisme 2020 [www.turismo2020.es].
- Royaume du Maroc – Administration du tourisme [www.tourisme.gov.ma].
- Royaume du Maroc – Haut-Commissariat au Plan [www.hcp.ma].
- Gouvernement du Royaume du Maroc [www.maroc.ma].
- Royaume du Maroc – Office des Changes [www.oc.gov.ma].