Retour

Retour
Analyse - 2 décembre 2009

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

décembre 2009

Recherche

L
Imprimer Produits et activités, Tourisme durable,

Le tourisme volontaire, ça ne se passe pas qu’en Afrique!

Organisations de gestion de la destination (DMO), Tour-opérateurs, planificateurs de congrès, hôteliers, compagnies aériennes et de croisières  répondent au besoin d’un nouveau genre de visiteurs qui souhaitent donner de leur temps, de leurs efforts et même de leur argent pour aider les communautés qui les reçoivent. L’offre du tourisme volontaire dit «volontourisme» se structure et se diversifie autour de cette jonction entre le voyage et le bénévolat.

Le tsunami en Asie et l’ouragan Katrina en Nouvelle-Orléans ont donné à cette forme de tourisme une nouvelle impulsion. Toutefois, il n’est plus nécessaire de vivre un cataclysme ou d’être dans un  pays en développement pour susciter l’altruisme des visiteurs.

La culture, l’éducation, la science, l’aventure, l’agriculture, etc., sont autant de domaines où se manifeste le volontourisme, pourvu que les deux notions de tourisme et de volontariat soient combinées.

Taille du marché

Les volontouristes proviennent majoritairement de l’Europe de l’Ouest, des États-Unis et de l’Australie. Selon CNCS (Corporation for National and Community Service), le nombre de volontouristes américains a dépassé 4,7 millions en 2007, dont plus d’un million ayant voyagé à l’international.

  • En 2007, Cheaptickets a interrogé 430 voyageurs américains: 48% connaissaient le volontourisme, 5% en avaient déjà fait, 50% souhaitaient en faire et 55% envisageaient d’inclure un jour ou plus de bénévolat durant leurs vacances.
  • Travelocity a interrogé 1280 membres qui ont magasiné un voyage en 2007: 38% planifiaient effectuer du bénévolat pendant leur voyage en 2008, soit 11% de plus que l’année précédente.
  • En 2008, Condé Nast et MSNBC ont sondé 1600 personnes: 55% ont dit être intéressées par le volontourisme, 20% y ont déjà pris part et 62% de celles qui n’en ont jamais fait considèrent l’entreprendre dans le futur. Une grande majorité des interrogés, soit 95%, ayant déjà pratiqué le volontourisme comptent réitérer l’expérience.

L’Université de San Diego en Californie a interrogé 1400 volontouristes sur leur préférence en matière de choix de destinations (graphique1).

Les destinations internationales préférées des volontouristes américains, 2007

Bien que les destinations en voie de développement soient les plus demandées par les volontouristes américains, ils apprécient également l’Europe de l’Ouest et l’Australie. Parallèlement, 35% des baby-boomers interrogés préfèrent rester en Amérique du Nord.

Les  Britanniques privilégient d’autres destinations (tableau 1).

Les destinations les plus populaires des volontouristes britanniques

Malgré la baisse de la position du Canada du troisième au sixième rang, il reste tout de même parmi les dix destinations préférées des volontouristes britanniques.

Volontourisme et stratégie de marque d’une destination

Volontourisme Colorado

En 2006, la Jordanie a été le premier pays à adopter officiellement une stratégie liée au tourisme volontaire. Depuis, d’autres DMO et offices de tourisme et de congrès tels le Colorado, l’Arizona et Philadelphie ont suivi le pas. Ils y consacrent une section complète dans leurs portails Internet, voire l’affichent d’emblée sur la page d’accueil à l’instar de l’Idaho.

Volontourisme Idaho

Tourisme Idaho a répertorié les besoins des intervenants touristiques de la région en matière de bénévolat: zoos, musées, conservateurs de sites et bâtiments historiques ainsi que parcs pour créer une base de données complète de cette nouvelle offre touristique déclinée en attractions et en événements régionaux.

Volontourisme gestion de destination Idaho (attraits et évenements)

Indépendamment de la taille de la destination, ce sont l’unicité et la créativité de l’expérience qui priment. Le défi consiste à trouver les bons partenaires et à créer de riches expériences autour des points forts de la région.

Volontourisme et  événements

Volontourisme et voyage d'affaires

  • Événements d’entreprise. Le volontourisme intéresse aussi les professionnels de l’organisation de congrès. MPI blogue à ce sujet sur son portail et y sensibilise ses clients. Le volontourisme représente une offre touristique qui appuie les politiques de responsabilité sociale des entreprises et qui peut faire office d’événements pré- ou post-colloque gratifiant pour les participants.
  • Événements sportifs. Les passionnés d’un sport se déplacent et contribuent au rayonnement de la destination en échange de pouvoir vivre et participer à l’organisation même d’un événement. Ils deviennent de vrais ambassadeurs de la destination. Pour la Coupe du monde de soccer de 2010, l’Afrique du Sud témoigne de la popularité du volontourisme à l’occasion d’événements sportifs d’envergure. En une semaine, la FIFA a comblé son besoin en bénévoles qui s’élevait à 15 000 personnes, dont 20% de provenance internationale. Vancouver créera-t-elle autant d’engouement pour les Jeux olympiques d’hiver 2010?

Volontourisme et hôtellerie

Volontourisme et Hôtellerie

Pionnier en la matière, le Ritz Carlton a étendu son programme interne de Community Footprint avec l’introduction, en avril 2008, du «Give Back Getaways» qui permet aux clients de choisir et de réserver des activités de bénévolat sur le site de l’hôtelier.

Les croisières ne sont pas en marge

Cruise West a incorporé le volontourisme à son offre traditionnelle. Désormais, ses croisiéristes peuvent, lors de certaines excursions, prolonger leur séjour d’une journée de bénévolat.

Des partenariats sont nés…

Volontourisme et aérien

Cheaptickets travaille de concert avec Habitat for Humanity et accorde des réductions aux groupes de voyageurs qui font du bénévolat à destination.

Volontourisme et OTA

Travelocity a développé le programme Travel for Good qui combine vacances et bénévolat.

Travelocity a aussi créé, en collaboration avec Marriott Hotels et  Condé Nast, la bourse Change ambassadors grant, qui offre une allocation de voyage allant jusqu’à 5000$ pour les employés et les clients de la compagnie sous certaines conditions.

Volontourisme et conservation du patrimoine

Le volontourisme peut inclure une composante d’apprentissage. Adventures in Preservation l’a compris et donne l’occasion aux voyageurs d’apprendre et d’aider à préserver des bâtiments historiques à travers le monde entier, y compris aux États-Unis.

Le projet du chemin d’Abraham. Dr Joshua Weiss, ses collègues de Harvard University et un réseau de partisans internationaux voient le potentiel du volontourisme dans un projet ambitieux: la restauration d’environ 5000 km de route de ce qui autrefois a servi de voie de passage pour Abraham et sa tribu. Une initiative de volontourisme qui traversera pas moins de dix pays au Moyen-Orient.

Volontourisme et environnement

Le bénévolat lors d’un voyage pour participer à la préservation de l’environnement est sûrement la facette la plus connue du volontourisme. Les volontouristes veillent à la quiétude des phoques de la baie de Somme en France, nettoient les plages à Hawaii ou entretiennent les sentiers de randonnée en Arizona.

Au vu de ces initiatives de développement de l’offre de tourisme volontaire, peut-on, au Québec, construire des expériences qui sauront attirer des voyageurs désireux de prendre part au rayonnement de l’un de nos festivals ou qui seront ravis de nous aider à préserver nos ressources naturelles ou notre patrimoine historique? Peut-on considérer le voyage comme un agent de changement positif des enjeux spécifiques de chacune de nos régions?

Source(s)

 

  • Anatolia An International Journal of Tourism and Hospitality Research. Volunteer Tourism : The new Ecotourism ? Volume 20, Number 1, 2009.
  • http://www.cheaptickets.com/cheap-travel/volunteer-vacations-travel.shtml
  • http://corporate.ritzcarlton.com/en/About/GiveBackGetaways.htm
  • http://www.cruisewest.com/ourbearcares-lapaz
  • http://www.fifa.com/worldcup/organisation/volunteers/
  • http://heritageconversion.net/
  • http://leisure.travelocity.com/Promotions/0,,TRAVELOCITY|3702|vacations_main,00.html
  • Mintel. «Volunteer Tourism – International, Travel & Tourism Analyst», septembre 2008.
  • http://mpiweb.org
  • PROJECTS ABROAD: structure d’organisation pour missions de volontariat humanitaire dans les pays en voie de développement. Ushuaïa mensuel, juin-juillet 2008.
  • Roland Conrady et Martin Buck: Trends and issues in Global Tourism 2008
  • http://www.voluntourism.org

 

  • Pierre De Hanscutter

    (article publié sur notre site web à propos du volontourisme : http://www.servicevolontaire.org)

    Afin de répondre aux souhaits du voyageur moderne, l’industrie du tourisme, et du tourisme “jeunes” en particulier, multiplie les offres et les produits. Quitte à faire des pays pauvres un immense parc d’attractions où illusions, bons sentiments et merveilleux riment avec profits. Le tourisme humanitaire, ou volontourisme, n’est rien d’autre qu’une forme de voyeurisme, une nouvelle forme de racisme “positif” (“même sans qualification vous pouvez les aider : ce sont des sous -développés”) et à un retour au mythe du bon sauvage : “Ils sont pauvres mais tellement heureux. Ce sont des gens simples qui seront ravis de vous inviter chez eux car vous n’êtes pas, vous, un touriste”.

    Ces sociétés commerciales reprennent avec succès le concept “humanitaire” pour le transformer en une marchandise lucrative, une attraction touristique à la mode : « Voir et aider les pauvres ! Une aventure inoubliable ! ». Il n’est pas rare qu’un volontaire ait à payer de 700 à 2000 euros, voyage non compris, pour 2 semaines de volontariat dans un pays en voie de développement, alors que sur place, l’association ne reçoit au mieux que 20 à 150 euros… Vous avez dit “commerce” équitable ?

    Quand le commerce s’empare du volontariat

    Si vous souhaitez faire du tourisme, partez avec une véritable agence de voyage qui pourra vous offrir un vrai circuit touristique organisé par des professionnels du tourisme (être guide, c’est un métier !). Pour 2000 euros, vous pourrez prendre les services d’un excellent guide local , loger dans de bons hotels, manger dans de vrais restaurants, etc. Et au final, vous aurez appris quelque chose sur votre destination et une grande partie de votre argent restera dans le pays visité.

    Par contre, si vous souhaitez faire du volontariat, partez avec le secteur associatif qui connait les besoins locaux graçe à son travail avec le secteur associatif local. Le mélange du volontariat et du tourisme (volon-tourisme), n’est rien d’autre qu’un concept marketing attrayant offrant en réalité ce qu’il y a de pire dans les secteurs du volontariat et du tourisme : projets absurdes (repeindre une école toutes les deux semaines, donner des cours sans qualification, etc.) et le confort du volontariat pour le prix d’un voyage touristique de luxe (“c’est bien connu, il faut voyager en troisième classe pour rencontrer les vrais locaux”) …

    Face à ce phénomène, le Service Volontaire International tient à informer le jeune public sur ce phénomène et ses conséquences désastreuses pour le secteur associatif, touristique et les populations locales, mais aussi car étant une Association Sans But Lucratif, notre raison est d’aider, encourger, informer, mais en aucun cas profiter !

    OUI, il est possible de faire du volontariat de qualité avec le secteur non marchand !

    NON, le volontariat n’est pas un nouveau produit commercial !

    NON, la pauvreté n’est pas une nouvelle attraction touristique !

    Pour les personnes qui le souhaitent, voici une liste d’infos complémentaires :

    article_contre_le_volontourisme_ou_tourisme_humanitaire.pdf (excellent article !!)
    http://www.aljazeera.com/programmes/peopleandpower/2012/05/201252243030438171.html (reportage en anglais sur le volontourisme dans les orphelinats au Cambodge)
    http://inde.aujourdhuilemonde.com/le-business-de-l%E2%80%99humanitaire-doit-payer-pour-aider
    Cambodge : le tourisme humanitaire se développe et inquiète
    ethical volunteering guide book.pdf
    J.B MacKinnon The Dark Side of Volunteer Tourism
    K. Tomazos and R. Butler Volunteer Tourism: Tourism, Serious Leisure, Altruism or Self Enhancement?
    McGhee, Nancy Volunteer Tourism: Sustainable Innovation in Tourism, or Just ‘Pettin’ the Critters’
    http://tenirparole.typepad.com/tenir_parole/files/Disneylandiation-Tourisme.pdf
    http://www.guardian.co.uk/society/2006/aug/18/internationalaidanddevelopment.education
    http://www.vagabondish.com/voluntourism-volunteer-tourism-in-depth/
    http://www.justfocus.org.nz/tag/travel/
    http://www.jcomjeune.com/node/35548
    http://holeinthedonut.com/2011/02/21/scam-volunteer-charity-programs/ (article en anglais sur le volontourisme au Népal)
    http://www.complaintsboard.com/?search=projects-abroad

    • Maïthé Levasseur

      Merci M. De Hanscutter pour cet envers de la médaille. Votre commentaire est pertinent et bien documenté.

Consultez notre Netiquette