Retour

Retour
Analyses - 31 mai 2010

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

mai 2010

Recherche

L
Imprimer Produits et activités,

Tourisme gastronomique: la cuisine promotionnelle

La popularité du tourisme gastronomique n’est plus à démontrer; un véritable déluge de promotions, de blogues et de magazines alléchants le prouve. Les voyageurs sont toujours plus conscientisés par la qualité, la provenance et la préparation des aliments et cherchent des destinations où ils pourront goûter aux saveurs propres à la région ou au pays. Que ce soit pour la pure gastronomie, l’agrotourisme ou une expérience spa, quelques bonnes pratiques méritent d’être soulignées.

Subdivisé en plusieurs niches, le tourisme gastronomique est difficile à définir et à analyser, sans compter que chacun y va de son interprétation. Celle de l’International Culinary Tourism Association est simple et inspirante: «la recherche d’expériences gustatives uniques et mémorables». Parallèlement, le touriste gastronome est tout aussi difficile à cerner et donc à dénombrer. Il peut être celui qui s’évade pour de courts séjours vers des villes reconnues pour leur fine cuisine ou l’aventurier qui va à l’autre bout du monde pour expérimenter des cuisines rares et exotiques.

Quelques exemples de niches de tourisme gastronomique:

  • Les écoles de cuisine ont la cote et de nombreux endroits proposent des vacances culinaires. En plus d’améliorer leurs talents de cordon bleu, les participants profitent souvent d’activités extérieures diverses.
  • Les spas ont généralement inclus la composante alimentaire à leur offre. Les menus simples, pour ne pas dire spartiates, des premières années de ce secteur laissent place aujourd’hui à de véritables festins gastronomiques.
  • Le tourisme rural et l’agrotourisme constituent deux autres niches qui se rattachent au tourisme gastronomique. Ce peut être pour goûter la cuisine régionale après une journée d’activités extérieures, participer à un festival culinaire ou apprendre sur la culture ou la fabrication d’un produit. L’agrotourisme inclut aussi les attractions culturelles mettant de l’avant la vie rurale.
  • L’œnotourisme ou tourisme vinicole a fait la réputation de plusieurs régions du monde, notamment Bordeaux et la Bourgogne en France, la Toscane, Napa Valley et aussi la péninsule de Niagara.

En raison de sa nature variée et éclatée, la promotion du tourisme gastronomique se fait souvent de façon individuelle, lui conférant peu de poids. Il existe néanmoins des destinations et des organisations qui ont su se regrouper et projeter une image forte dans l’esprit des gourmets de ce monde.

Un partenariat audacieux

La Route des vins du Pays de Bade et d’Alsace est un bel exemple de coopération entre deux pays, l’Allemagne et la France. Six agences de développement touristique et économique ainsi qu’une association viticole travaillent ensemble, avec le concours de l’Union européenne, sous un modèle de coopérative de marketing. Alors qu’en Europe, les régions se livrent souvent une forte concurrence, cette association tranche avec un marketing unifié. Le territoire couvre 15 000 hectares de chaque côté de la rive du Rhin, qui tient lieu de frontière. L’offre est ainsi teintée différemment selon les traditions culinaires allemandes ou françaises. L’Alsace est réputée pour sa fine cuisine et détient la plus forte concentration de restaurants étoilés par Michelin à l’extérieur de Paris.

Un centre de villégiature axé sur l’agriculture

Oliver, dans la vallée de l’Okanagan, est déjà reconnu pour sa viticulture, ses fruits, ses légumes et son climat doux. La municipalité a le projet de devenir un lieu de villégiature basé sur l’agriculture. En bref, être à l’agriculture ce que Whistler est au ski. Outre sa production actuelle, ses autres atouts sont sa localisation près de l’autoroute, un aéroport, des circuits de golf renommés, un centre de ski ainsi qu’un centre-ville sympathique. Les porteurs du projet estiment que le développement d’un centre de villégiature représente des possibilités extraordinaires pour l’agriculture ainsi que pour la création d’une expérience culturelle et touristique unique. Tout en respectant les terres et l’esprit communautaire actuel, le projet comprendrait des attraits et des hébergements.

Le tourisme dans les fermes scandinaves

L’agrotourisme et le tourisme rural sont une avenue souvent utilisée pour développer le tourisme dans les régions hors des centres urbains. Ayant bien implanté le tourisme à la ferme, les pays scandinaves pourraient certainement nous en apprendre sur le sujet. Généralement pour y dormir et s’y restaurer, mais aussi pour assister à des prestations artistiques, plus de 400 fermes de la Suède accueillent les visiteurs, soit environ 20% des fermes. Cette forme de tourisme est aussi bien développée au Danemark, en Norvège qu’en Finlande où environ 10% des fermes sont liées au tourisme. Même si le poids économique du tourisme dans les régions rurales scandinaves demeure faible, les revenus des fermes provenant du tourisme se situent entre 15% et 50%. Les établissements organisent de plus en plus leurs activités marketing en commun.

Tourisme_gastronomique_image1www.visitsweden.com

Une région, un label

Autre initiative rurale intéressante : la région de Skagafjörður, au nord de l’Islande, a consolidé la richesse de son offre agrotouristique autour de ses produits locaux. La particularité du projet Local Food réside dans le fait qu’il inclut tant la restauration que les produits fabriqués et distribués localement. Le label est apposé sur les produits offerts en magasin ainsi qu’à côté des éléments des menus des restaurants composés d’aliments locaux. Ces restaurants ont d’ailleurs observé une augmentation des ventes de ces plats.

Tourisme_gastronomique_image2

Le gastronomique Spa Eastman

La renommée du Spa Eastman (www.spa-eastman.com/) est bien établie; même que l’étude britannique Mintel sur le tourisme gastronomique le cite comme exemple d’un spa offrant à la fois détente et gastronomie. Le service de restauration de l’établissement a beaucoup évolué au cours des années et propose maintenant des plats raffinés ainsi qu’une sélection de vins biologiques.

Si l’alimentation a toujours fait partie du tourisme, cette fonction est aujourd’hui de plus en plus rattachée à des attentes de découvertes culinaires. Offrir une expérience gastronomique ne relève donc plus vraiment de l’innovation, désormais il faut qu’elle soit innovante.

Sources:
–     Mintel. «Gastronomic Tourism», International, Travel & Tourism Analyst, no 4, mars 2009.
–    Hall, C. Micheal, Müller, Dieter K., Saarinen, Jarkko. «Nordic Tourism, Issues and Cases», Aspects of Tourism, Channel View Publications, 2009.
–    Patton, Allan. Area ‘C’ Director, RDOS. «Agricultural Area Plan», 2008.
–    Oliver & District Community Economic Development Society. «Oliver Vision for the Future: North Americas First Agricultural Resort Area», South Okanagan Chamber of Commerce, Sochamber.ca

 
  • Désirée Godefroy

    Bonjour,

    Je suis Désirée Godefroy, guide professionnel de tourisme de Lima-Pérou depuis 2002. Je veux me spécialiser en tourisme gastronomique.

    Est-ce que vous me pouvez dire où je peux suivre un cours d’spécialisation ?

    Mon dégrée de guide officielle de tourisme est technique. Parce que, ici, pour obtenir un dégrée universitaire, je dois étudier tourisme et hôtellerie, et je ne voudrais pas ça. Mais mon dégrée de l’Institute supérieure CENFOTUR a le timbre TedQual de l’OMT

    Merci

Consultez notre Netiquette