Retour

Retour
Analyses - 1 septembre 2010

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

septembre 2010

Recherche

L
Imprimer e-tourisme et technologies, Marketing,

Les «mutations génétiques» du code-barres traditionnel ouvrent des horizons au tourisme

Un livre, une affiche, un abribus, une poubelle ou une vitrine… Le code-barres 2D s’immisce dans des endroits inattendus et aime bien révéler au touriste de l’information pertinente et invitante. En France, le Pays Bourg-en-Bresse innove en intégrant du contenu multimédia, par l’intermédiaire de flashcodes, dans une bande dessinée (BD) de fiction pour nous faire découvrir sa région. Oui, le support papier peut devenir interactif et les codes-barres 2D nous amener à des lieues du dépliant touristique traditionnel.

Code-barres 2D, code QR, flashcode, de quoi parle-t-on au juste?

Le code-barres formé de lignes verticales numérotées qui est apposé sur les produits de consommation et saisi par un lecteur optique est l’ancêtre du code-barres 2D (code matriciel à deux dimensions).
Ce dernier est un code graphique formé d’un petit carré de points noirs et blancs. Il crypte beaucoup plus d’informations que son prédécesseur: adresse URL, coordonnées géolocalisées, informations écrites ou sonores et vidéos. Il permet ainsi de donner les détails d’un événement ou d’un forfait, de fournir les coordonnées d’une entreprise, d’envoyer un bon de réduction, de présenter une bande-annonce, d’afficher le lien d’un site Internet, de générer un appel téléphonique, d’enregistrer une carte de visite dans le carnet de contacts, d’envoyer un courrier électronique ou un SMS, etc.

Ce code ajoute donc un élément d’interactivité et un volume supplémentaire d’informations virtuelles, en particulier si l’espace d’affichage est restreint (p. ex., on peut utiliser un code-barres 2D pour afficher l’information nutritionnelle des plats apparaissant sur un menu pour ne pas le surcharger avec ce complément d’information et nuire à sa présentation visuelle). Il bonifie l’expérience client en plus de piquer la curiosité du technophile, qui s’interroge sur ce que lui révélera ce code-barres.

Un téléphone intelligent et une petite application à télécharger selon le type de codes-barres à lire et le modèle de téléphone utilisé suffisent pour décoder les données cryptées. À titre d’exemple, le code QR (code Quick Response) est un code-barres 2D standard gratuit et très répandu, développé par les Japonais, tandis que le flashcode a été créé par l’Association française du multimédia mobile (AFMM). Par la suite, on clique sur l’application qui apparaît dans le menu de son téléphone, on photographie le code-barres à l’aide de la caméra et aussitôt, l’information s’affiche.

Pour en savoir plus:

BD, tourisme et flashcodes, un mélange des genres!

La BD touristique fait partie du paysage québécois depuis quelques années avec la collection Le Tour du Québec en BD. Le Lonely Planet, en association avec les éditions belges Casterman, s’y lance à son tour avec Bruxelles, New York, Rome et Venise dans la série Itinéraires.

De son côté, Cap3B, organisme responsable du développement du Bassin Bourg-en-Bresse, l’une des portes d’entrée du nord de la région Rhône-Alpes, a opté pour un mélange inattendu et résolument novateur! Il a misé sur une BD de fiction pour faire la promotion de sa région et sur les flashcodes pour rendre l’information touristique interactive. Ce projet, orchestré par l’un des auteurs de la BD, Bruno Tamaillon, directeur de l’agence Tams.fr, a pour objectifs d’amener l’information touristique hors des canaux traditionnels et de valoriser l’image du territoire auprès des jeunes adultes et des familles, clientèles ciblées par la région.

Dans La cavalière au manteau rouge, empruntée à l’univers du manga, on suit l’équipée de trois étudiants dans le Pays de Bourg-en-Bresse. On passe du monde réel au virtuel en quelques secondes grâce aux flashcodes apparaissant au bas des pages, qui permettent de télécharger sur son téléphone une vidéo illustrant le site touristique ou le paysage parcouru (Monastère royal de Brou, fromagerie de Drom, étangs de la Dombes, etc.).

À la toute fin, on y présente une section contenant huit pages d’informations sur la région: la carte géographique qui localise l’itinéraire des trois héros, la présentation des Pays de Bourg-en-Bresse, ainsi que le détail des références touristiques de la BD. En complément, les lecteurs peuvent trouver sur le site Internet dédié à la BD la bande-annonce, les vidéos générées par les flashcodes, de même que les coulisses de la conception de la BD.

Dans une vitrine, un abribus ou un livre, sur une affiche, une poubelle ou un lampadaire…

… l’imagination a libre cours lorsqu’il s’agit d’insérer ces petits codes-barres 2D, comme en font foi les exemples suivants.

En 2009, pour faire découvrir une partie moins fréquentée de la ville, Venise a instauré le projet pilote TagMyLagoon. À l’aide de son téléphone intelligent, le touriste pouvait télécharger des informations en italien ou en anglais à partir d’une série de plaques apposées sur les réverbères, les enseignes touristiques ou les poubelles de rue et sur le lieu. Il était même possible pour le visiteur de transmettre un commentaire.

Source: http://www.tagmylagoon.com/lang/fr/

En France, plusieurs villes comme Bordeaux et Biarritz multiplient les projets pour enrichir l’information offerte aux habitants et aux touristes en plaçant des codes-barres 2D sur le mobilier urbain et les affiches, dans les vitrines, les magazines et les dépliants. La ville de Sarlat les utilise pour mettre de l’avant son patrimoine historique, le comité départemental du tourisme de l’Isère, comme complément à sa documentation portant sur la route Napoléon et l’événement Jazz in Marciac, pour que les amateurs aient plus facilement accès à l’information (programmation, plans d’accès, biographie des artistes, etc.).


Source: Bordeaux.fr – campagne d’affichage sur les quais et dans le centre-ville montant des codes 2D géants

Le prochain bus passe à quelle heure? La Régie autonome des transports parisiens (RATP) a installé, dans ses milliers de points d’arrêt, un flashcode permettant de connaître l’horaire des autobus qui desservent la station et le temps d’attente avant l’arrivée du prochain bus.

Enrichis de code-barres 2D, divers types d’imprimés (livres, magazines, journaux) entrent de plain-pied dans l’interactivité en permettant au lecteur de poursuivre sa lecture sur Internet, de visualiser un reportage vidéo, une bande-annonce ou une publicité plus élaborée, d’accéder à un comparateur de prix ou de télécharger un balado.

Tourisme Québec n’est pas en reste. Il intègre lui aussi un code-barres 2D à ses campagnes promotionnelles imprimées (affiches et journaux) destinées aux marchés américain et français pour permettre le visionnement de capsules vidéo.

La promotion ajoute donc une corde de plus à son arc avec ces codes-barres «intrigants»!

Sources:
- Bonnefon, Olivier. «Un Flashcode pour rester branché en permanence», Sudouest.fr, 22 juin 2010.
- Boulin, Jean-Luc. «Le tag 2D est-il mort ou bien vivant?» etourisme.info, 13 juin 2010.
- Carrel, F. «La route napoléon passe au «flashcode» et à l’internet pour la téléphonie mobile», 20minutes.fr, 30 juin 2010.
- Clifford, Stephanie. «From Print to Phone to Web. And a Sale?», New York Times, 10 janvier 2010.
- Croizet, Pierre. «Sarlat se fait flasher!», etourisme.info, 30 septembre 2009.
- Dublanchet, Ludovic. «Retour sur les codes 2D», etourisme.info, 29 janvier 2010.
- Dublanchet, Ludovic. «C’est le printemps, les flashcodes fleurissent», etourisme.info, 7 avril 2009.
- La Cavalière au manteau rouge
- Les éditions Le Vent qui vente
- Lyne, Marc. «What Is A QR Code And Why Do You Need One?», SearchEngineLand.com, 15 octobre 2009.
- Martineau, André. «Des villes revisitées par la BD», La Presse, 31 mai 2010.
- Ministère du Tourisme. «De grandes campagnes pour faire connaître le Québec sur le plan international», Totalement tourisme!, vol. 4, no 1, printemps-été 2010.
- Orange. «Une BD multimédia interactive, pour montrer la voie d’un tourisme retrouvé, entre culture et innovation», communiqué de presse, 4 juin 2010.
- Parole d’élus. «Les TIC au service des territoires – Tags: flashcode», textes multiples, Parolesdélus.com.
- Sviokla, John. «How Barcodes and Smartphones Will Rearchitect Information», blogue Harvard Business Review, 28 juin 2010.
- Ville de Bordeaux. «Cité digitale: des codes 2D dans la ville», bordeaux.fr.

 

Consultez notre Netiquette