Retour

Retour
Analyses - 13 septembre 2010

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

septembre 2010

Recherche

L
Imprimer Hébergement,

Capsule – Service aux chambres si désiré

Est-il nécessaire de nettoyer la chambre quotidiennement, surtout si les clients souhaitent réutiliser leurs serviettes, ne pas faire changer leurs draps et que le savon est presque intact? Plusieurs voyageurs constatent le ridicule de la situation, tandis que d’autres souhaitent une chambre impeccable. Alors pourquoi ne pas leur donner le choix du type de service? Cette proposition devient d’autant plus alléchante lorsqu’elle s’allie à une promotion.

La chaîne hôtelière Best Western l’a compris. Elle demande à ses clients quel type de service ils préfèrent: aucun service, service réduit (serviettes, poubelles et balayeuse) ou service complet. Le client n’a qu’à accrocher une carte à la poignée de la chambre indiquant sa préférence et l’heure à laquelle il souhaite obtenir le service. Depuis son lancement l’an dernier, environ 40% de la clientèle a choisi les deux premières options.

Le Marmara Manhattan Hotel à New York offre, quant à lui, une tarification «verte» à ceux qui ont réservé trois nuits ou plus: une réduction de 20$ par jour si le client n’utilise pas les services de la femme de chambre pendant trois jours.

Par cette initiative, on fait d’une pierre quatre coups: on réduit les dépenses, on protège l’environnement, on offre une promotion attrayante au client pour qui cela compte et on apporte, en partie, une solution aux problèmes de main-d’œuvre.

Source:

Yu, Roger. «Budget-conscious hotels turn to optional housekeeping», USA TODAY, 23 juin 2010.

 
  • Sylvie Rivard

    Bonjour,

    Voir mon billet «Dur, dur de voyager responsable», qui se veut une réflexion sur ce sujet: http://blogues.guidesulysse.com/tourisme-responsable/

    Sylvie

  • Sylvie Dumontier

    Bonjour! C’est une bonne initiative côté environnement. La plupart des hôtels offrent déjà cette possibilité de ne pas faire les chambres tous les jours mais ils ne proposent pas de rabais aux clients. Cependant, je ne comprends pas en quoi cela est favorable au niveau de la main-d’œuvre. J’entrevois plutôt une diminution des ressources travaillant dans le secteur de l’entretien ménager.

    • Michèle Laliberté

      Bonjour Mme Dumontier,
      Comme on voit poindre le spectre d’une pénurie de main-d’oeuvre dans le secteur touristique, cette initiative peut aider les entreprises qui sont aux prises avec ce problème.

  • Viviane Chabot

    Je crois que les sites d’hébergement qui désirent s’afficher vert devrons offrir l’option l’entretien des chambres. Le client doit être encourager à faire ce choix et le rabais n’est peut-être pas nécessaire. Le client pourrait avoir à sa disposition une étiquette pour les portes de chambre de couleur verte qui mentionne: ne changer pas ma literie SVP. Cela n’empêche pas le personnel de venir entretenir la propreté du lieu (aspirateur, époussetage, rangement) et d’avoir sa place au sein de l’entreprise (et son pourboire!).

  • Chrystel Martin

    Bonjour,
    Enfin une idée lumineuse… Je suis propriétaire d’un hébergement et je pratique déjà cette formule en faisant un tarif réduit dès la 2ème nuitée. Car même si nous utilisons des produits biodégradables, réduire notre consommation, c’est encore mieux. Et je constate que 99.99% des clients adhèrent au concept…

    • c. ladouceur

      Bonjour, je voudrais en savoir plus sur les façons de faire de votre entreprise afin de favoriser l’environnement, mais surtout pour alléger le travail des préposées aux chambres. Merci de prendre en considération ma demande.
      Au plaisir.
      Chantal
      cladouceur@lactaureau.com

  • Cheryl Patay

    Tous ces arguments tiennent effectivement — mais tout le monde aime arriver dans une chambre propre ! Or, une chambre qui n’est pas nettoyée tous les jours est très difficile à maintenir propre, et, si l’on économise sur le nettoyage, la chambre accumule la « personnalisation » des uns et des autres. On a donc rapidement l’impression d’une chambre « pas tout à fait » propre. Et la femme de chambre qui prend l’habitude de passer à côté des saletés le fera de plus en plus… Faut-il évoluer dans ce sens?