Retour

Retour
Analyses - 15 décembre 2011

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

décembre 2011

Recherche

L
Imprimer Marchés géographiques,

Timide, mais réelle augmentation des touristes américains au Québec en 2010

Il y a longtemps que nous n’avions pas présenté une évolution positive du nombre de touristes américains au Québec. Aussi subtile soit-elle, cette légère hausse par rapport à l’année précédente est la bienvenue. Avec 1,8 million de touristes, le Québec présente néanmoins une fréquentation inférieure à celle des années 2008 et antérieures. Une analyse des 5 dernières années met en lumière les États desquels les touristes sont moins nombreux à venir, comme la Pennsylvanie et le Maine, et ceux dont les habitants visitent le Québec de manière plus stable, comme le New Jersey et New York. Il est également intéressant d’observer cette évolution selon les régions de destination au Québec, certaines d’entre elles étant plus favorisées que d’autres.

 

L’augmentation de 4,5% du nombre de touristes est attribuable aux marchés d’affaires et d’agrément. Les visites de parents ou d’amis ont connu une faible hausse en ce qui concerne les touristes et une baisse radicale dans le cas des excursionnistes. Rappelons que l’année 2009 avait enregistré des résultats particulièrement décevants.

Provenance

Les graphiques 1 et 2 présentent respectivement la répartition des touristes américains au Québec et le taux d’accroissement annuel moyen des 4 dernières années. L’État de New York constitue un marché toujours intéressant en matière de volume et de stabilité. Un nombre considérable de touristes viennent du Massachusetts, du Vermont et du Maine, mais ces marchés connaissent une décroissance. Notons que le New Jersey et l’Illinois sont les seuls États qui présentent un accroissement annuel moyen. Concernant ce dernier État, la hausse est récente: de 44 800 en 2007, le nombre de touristes est passé à 49 800 en 2009, puis à 61 900 en 2010.

 

 

 

Buts du voyage

Globalement, la moitié ou plus des touristes américains se déplacent au Québec par agrément (voir graphique 3). Toutefois, la proportion de ces touristes est particulièrement importante pour les visiteurs en provenance des États de la Nouvelle-Angleterre (Maine, Vermont, New Hampshire, Massachusetts), de l’État de New York, du New Jerseyet de l’Illinois. En proportion, les États d’où proviennent les touristes d’affaires sont le Texas, la Pennsylvanie, la Californie, la Floride et les autres États qui ne sont pas mentionnés explicitement. En nombre absolu, ces autres États et celui de New York sont les plus importants.

 

Activités pratiquées

Toutes les activités n’intéressent pas les voyageurs des différents États (voir graphique 4). Les visiteurs ayant fréquenté un festival ou une manifestation culturelle proviennent principalement du Vermont, de l’Illinois, du Maine et du Massachusetts. La proportion de touristes est beaucoup plus égale dans le cas des musées ou encore du magasinage. Les voyageurs du New Jersey, du Texas et de l’État de New York semblent proportionnellement plus attirés par le nightlife que les autres marchés. Notons enfin l’intérêt des Floridiens, des Californiens et des visiteurs en provenance d’autres États pour les parcs naturels.

 

Régions visitées

L’évolution annuelle moyenne pour tous les États (-3,8%) est observé de façon très inégale d’une région à l’autre (voir graphique 5) du Québec. Certaines ont souffert d’une décroissance beaucoup plus prononcée, comme la Mauricie, l’Outaouais, les Cantons-de-l’Estet les Laurentides. Mentionnons aussi Montréal, en considération du volume important. Pour la région de Québec et quelques autres, le nombre de touristes a été plus stable. Pendant ces années de décroissance globale, les régions du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de l’Abitibi-Témiscamingue, de Laval, de Lanaudière, de la Côte-Nord et du Centre-du-Québec ont vu le nombre de touristes américains augmenter. Rappelons que ces régions sont aussi celles qui ont le plus faible volume de visiteurs.

En ce qui concerne la croissance du nombre de touristes observée entre 2009 et 2010, elle est attribuable principalement à Québec (+31 300 touristes ou 5,6%) et à Montréal (26 500 visiteurs de plus ou 3,1%). Mentionnons également les régions de Laval (+ 10 400), du Centre-du-Québec (+ 8000). 

Caractéristiques des voyages

La légère remontée des voyages des Américains au Québec est principalement observée aux 2e et 3e trimestres (voir graphique 6). L’hiver enregistre des baisses durant toute la période analysée. Globalement, 39% des touristes visitent le Québec entre juillet et septembre, 26% entre avril et juin, 20% entreoctobre et décembre, et 15% entre janvier et mars.

 

Les visiteurs américains au Québec sont répartis en différents types de clientèles (voir graphique 7). Les couples sont les plus nombreux, mais les familles et les groupes d’adultes représentent aussi des segments d’importance.

 

Depuis 2006, la durée moyenne des séjours est plutôt stable ou en légère hausse pour le tourisme d’affaires. Les dépenses moyennes par séjour augmentent très peu. Au vu des hausses du coût de la vie, une dépense moyenne par nuitée en baisse pour le tourisme d’affaires ou stable pour le tourisme d’agrément n’est pas une bonne nouvelle. L’année 2009 ayant été particulièrement éprouvante, certains hôteliers ont diminué le prix de leurs chambres; il est ensuite difficile de revenir à des prix plus élevés.

États de proximité et États éloignés

Nous vous proposons enfin un retour sur une analyse publiée il y a 2 ans, qui tentait de distinguer l’évolution entre les voyageurs américains de proximité et ceux des États éloignés (États de proximité et États éloignés: deux profils distingués). Les États de proximité regroupaient ceux qui permettent d’accéder au Québec en 6 heures de route ou moins. Le reste des États-Unis était comptabilisé dans le segment États éloignés. Nous y observions que ces 2 segments représentaient sensiblement le même volume de touristes, mais que les recettes touristiques étaientplus élevées dans le cas des États éloignés.

 

Dans cet esprit, le graphique 8 illustre les proportions de volume et de dépensespour chacun des États étudiés. Certains écarts sont plus marqués, comme pour les États de New York et du Vermont. Notons les dépenses plus importantes que le volume pour les visiteurs des autres États, de la Floride et de la Californie, entre autres.

 

Que réservent les années à venir pour le marché américain, qui, à lui seul, représente 63% du tourisme international au Québec?

 

Source:

- Statistique Canada, traitements spéciaux 2006 à 2010