Retour

Retour
Analyse - 12 mars 2012

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

mars 2012

Recherche

L
Imprimer Tendances,

Découvrir la destination comme le ferait un résident

Rechercher une expérience authentique, rencontrer du «vrai monde», aller dans les lieux fréquentés par les résidents, découvrir leurs quartiers, leurs restaurants, explorer la destination comme le fait un habitant de l’endroit: voilà une tendance qui est appelée à prendre de l’ampleur grâce aux médias sociaux et au Web mobile. Les grandes villes, comme Montréal, engagent des blogueurs qui partagent leurs intérêts, leurs coups de cœur; le président de l’Islande invite les gens à déjeuner chez lui; Google propose aussi des lieux recommandés par les gens de la place; les initiatives sont diverses et très nombreuses.

Cette tendance à vouloir vivre des expériences comme le ferait un résident du lieu visité englobe plusieurs concepts. Mentionnons, entre autres, les voyages d’immersion pour apprendre une langue ou pour vivre une expérience de volontariat; ou encore le phénomène de couchsurfing (Lire aussi: CouchSurfing: profil d’une communauté virtuelle de voyage), cette communauté Web regroupant des hôtes à travers le monde qui mettent leur chambre d’ami ou leur divan à la disposition des couchsurfeurs. Soulignons aussi les principes du développement durable ainsi que ceux du slow travel qui, dans les deux cas, favorisent les rapprochements avec la communauté locale, sa culture, son économie. Mais voyons plutôt ici comment l’idée d’explorer une destination comme un résident est devenue courante.

Entrer en contact avec la population locale

L’idée de mettre en contact les voyageurs avec des gens de la place qui partageront leur amour de l’endroit ne date pas d’hier. À San Francisco, on fait appel à des bénévoles passionnés de leur ville depuis la fin des années 1970 pour offrir certains tours guidés à pied. Dans le même esprit, le Global Greeter Network rassemble des guides bénévoles de plusieurs villes à travers le monde, dont la mission consiste à accueillir chaleureusement le visiteur et à lui montrer la ville comme à un ami, avec ses spécificités, ses secrets bien gardés. Aujourd’hui, les médias sociaux permettent aux voyageurs d’entrer en contact avec des habitants de l’endroit bien avant leur départ afin de préparer leur séjour à l’aide de leurs suggestions.

Les blogues de voyageurs, d’experts, de journalistes ou encore de passionnés de leur région abondent. À titre d’exemple, Spotted by locals est une plateforme rassemblant des blogues, des guides touristiques de villes en format PDF et des applications iPhone choisies par des gens membres de la communauté locale à travers une quarantaine de villes européennes.Triptrotting.com met en contact voyageurs et hôtes aux intérêts et profils similaires qui souhaitent partager un repas ou une balade en ville (Lire aussi: L’influence des résidents).

Source: TRIPtrotting

Les organismes de gestion de la destination ont aussi emboîté le pas en créant, à leur tour, de tels blogues: The MontrealBuzz  (Tourisme Montréal), Explore Canada like a local (Commission canadienne du tourisme), Chicago Like a Local  (Chicago Convention &Tourism Bureau) et Portland Spoke (Travel Portland). Parmi les précurseurs, rappelons l’initiative d’Uwishunu  lancée par la Greater Philadelphia Tourism Marketing Corporation (lire aussi: Destinations 2.0: top tendance!).

Faire participer la population: le cas de l’Islande

À l’automne 2011, l’Islande lance une campagne promotionnelle entièrement axée sur la rencontre entre la population locale et les visiteurs. Le président du pays demande aux Islandais d’inviter les touristes chez eux, dans leur maison, pour y partager un repas, leur parler d’une spécialité ou encore pour aller découvrir ensemble un attrait. Le président lui-même lance la première invitation à sa résidence. Visionnez la vidéo qui a circulé à cet effet.

Le site Web Inspired by Iceland rassemble les invitations des Islandais et auxquelles répondent les visiteurs par Facebook (voir l’image ci-dessous).

Se loger et se nourrir comme un habitant de l’endroit

Cette tendance concerne des secteurs clés de l’industrie. Celui de l’hébergement voit une offre parallèle se développer avec les échanges de maisons et la location d’appartements sur des plateformes Web très efficaces (lire aussi: La location de propriétés en ligne bouleverse l’hôtellerie traditionnelle).

Les sites comme Onefinestay.com, à Londres, rassemblent des appartements et maisons de ville momentanément libres de leurs occupants et disponibles pour accueillir des visiteurs. Le message véhiculé est celui-ci: «Vivez la vie d’un Londonien le temps de quelques jours et quelques nuits.» Et l’offre s’organise, se structure, se raffine puisque dans ce cas-ci, chaque appartement comprend un iPhone laissé à l’intention des visiteurs et inclut une foule d’informations sur le quartier, les restaurants et les moyens de transport, ainsi que sur le fonctionnement des appareils du logement ou encore sur l’histoire de certains éléments décoratifs. Bref, tout est pensé pour que le visiteur prenne possession des lieux le temps de son séjour.

On assiste aussi à une prolifération de guides de restaurants de type LocalEats, qui offrent aux touristes un aperçu des restaurants fréquentés et appréciés par la population locale. Le site Google Places tire également parti de cette tendance en présentant les lieux recommandés par des gens de l’endroit. Pour l’instant, les commerces de six villes américaines profitent de cette vitrine sur Google.

Utiliser les technologies pour favoriser une approche plus humaine

Voyager pour entrer en contact avec la population locale est une composante importante du tourisme depuis toujours. Pensons aux gîtes et aux auberges ou encore aux séjours à la ferme. Avec les médias sociaux et les applications mobiles, les possibilités de créer des contacts ou encore de diffuser de l’information personnalisée explosent! Paradoxalement, les technologies sont au service d’une approche plus humaine, d’un contact plus authentique, plus intime avec la communauté d’accueil. Laissez-vous inspirer par ces nombreux exemples pour interpeller les voyageurs qui s’intéressent à la «vraie vie» à destination et surtout, donnez la parole à ceux qui l’habitent!

 

Sources :

- Bohrer, Isabel Eva. «The Local Experience», Multiview Travel, 19 octobre 2011.

- CTC News. «Travelling in Canada? Explore like a local», Commission canadienne du tourisme, 15 septembre 2011.

- Greenstein, Tracey. «10 best Apps For Travelling Like a Local», forbes.com, 19 décembre 2011.

- Holland, Herald. «Stay Smart», KLM’s inflight magazine, février 2011.

 

Sites Web :

- Chicago Like a Local

- Explore Canada like a local

- Global Greeter network

- Going local travel

- Google City

- Inspired by Iceland

- Local Eats

- Local Travel Movement

- Onefinestay.com

- Portland Spoke

- San Francisco City Guides

- Spotted by Locals

- The Montréal Buzz

- TRIPtrotting

 
  • Toulemonde jacques yves

    C’est une excellente façon de voyager!

    Les organismes fédérateurs du tourisme comme les OT en France devraient mettre ces initiatives individuelles au coeur de leur stratégie de développement.

    Mettre les acteurs en réseau et travailler à la mise en scène de ces propositions mettraient les habitants au coeur de la démarche touristique du territoire.

    J’ai plusieurs fois pratiqué à cette rencontre avec les habitants lors de mes voyages personnels en Toscane (Italie) comme à New York City pour dire que c’est adaptable partout.

    Je plaide à titre professionnel et consultant en marketing touristique pour une mise en commun de cette offre très riche des habitants ambassadeurs et hôtes de leur région.
    Déjà en 2006 le réseau de veille en tourisme avait publié un de mes articles sur « Conseils aux pays qui recherchent des slow travellers». Les professionnels francais seront ils plus réceptifs 6 ans après à l’exemple de L’Islande.
    Jacques-Yves Toulemonde
    http://www.actourism.fr

Consultez notre Netiquette