Retour

Retour
Analyse - 20 juin 2012

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

juin 2012

Recherche

L
Imprimer Produits et activités, Tourisme durable,

Les plages écologiques sont une source de profits accrus

Comme toutes les plages offrent sensiblement les trois mêmes éléments, soit le soleil, le sable et la mer, elles doivent trouver d’autres façons de se distinguer de la concurrence. En Europe et en Ontario, de nombreuses plages ont pour cela adopté le programme de certification Pavillon bleu, reconnu mondialement et créé spécialement pour les plages.

Source: Rachel Dodds

À propos de Pavillon bleu

Le programme Pavillon bleu a été créé en France en 1987 par la Fondation pour l’Éducation à l’Environnement en Europe (FEEE). Il a certifié plus de 3000 plages dans 44 pays, ce qui fait de lui le programme d’écocertification pour les plages le plus connu du monde. Bien que la majorité des plages certifiées soient en Europe, le programme est de plus en plus répandu au Canada, puisqu’il compte 17 certifications, soit14 en Ontario, 2 au Québec et 1 au Manitoba. Pour qu’une plage puisse obtenir le Pavillon bleu, elle doit répondre aux critères des quatre catégories suivantes:

  • information et éducation à l’environnement;
  • qualité de l’eau;
  • gestion environnementale;
  • santé et sécurité.

Si ces critères sont respectés, la plage peut arborer son Pavillon bleu et profiter de la publicité gratuite qui lui est faite sur le site Web de ce programme.

Choisir une plage pour ses vacances

Récemment, une étude effectuée en Ontario et subventionnée par l’Ausable Bayfield Conservation Authority (Dodds, 2010) a conclu que la salubrité est un facteur clé dans l’appréciation globale d’une plage. Même si bon nombre de Canadiens ne s’informent pas de l’état de salubrité et de sécurité d’une plage avant de s’y rendre, 26% d’entre eux en choisiraient une autre, s’ils apprenaient que son eau est impropre à la baignade.

En Ontario, la certification Pavillon bleu n’est pas un facteur déterminant dans la sélection des plages, parce que la majorité des vacanciers ne connaissent pas encore ce programme. Cependant, selon un sondage semblable effectué au pays de Galles – qui compte 43 plages certifiées Pavillon bleu, soit 2,5 fois plus qu’au Canada –, 63% des répondants connaissaient le programme et, pour eux, la certification d’une plage était plus importante que la distance à parcourir pour s’y rendre (Dodds, 2010). Étant donné que le Canada désire accroître le nombre de plages certifiées Pavillon bleu, on peut s’attendre à ce que la certification devienne un facteur de plus en plus décisif au cours des prochaines années.

Source: Rachel Dodds

Quelles conséquences pour la popularité et la rentabilité d’une plage?

Les gens dépensent environ 10$, lorsqu’ils vont à la plage de leur région (à peu près trois fois par semaine durant l’été), ce qui représente un total de 270$ pour les mois de juillet et d’août. Les touristes s’y rendent moins souvent, mais déboursent 50$ pour la journée. Une plage peut donc perdre une bonne partie de ses revenus si ses visiteurs, surtout ceux des environs, décident de ne plus la fréquenter parce que son eau est jugée néfaste pour la santé des nageurs.

La certification Pavillon bleu fournit l’assurance qu’une plage respecte et même dépasse les normes de sécurité, par une surveillance constante de la clarté, de la qualité et de la propreté de l’eau, ainsi que par la présence de sauveteurs et de patrouilleurs pour les cas d’urgence. Ces normes rassurent les nageurs et les incitent à rester plus longtemps, ce qui fait qu’ils dépenseront davantage.

De plus, la certification exige des plages qu’elles soient dotées de toilettes, de cabines pour se changer, d’un accès pour les personnes handicapées, de zones où les chiens sont admis, et de poubelles pour les déchets et les matières recyclables. Des études ont montré que la présence de ces éléments contribue à la satisfaction globale des clients par rapport à une plage, ce qui accroît sa rentabilité.

Que dire des plages du Québec?

Les plages du Québec, commencent à emboîter le pas à l’Ontario en faisant la demande de certification Pavillon bleu. Jusqu’à maintenant, seules les plages des Cantons et celle de l’Est et de l’Ouest à Magog, au Québec, l’ont obtenue.

Toutefois, la province a mis sur pied le programme Environnement-Plage, auquel tous les exploitants de plages sont invités à participer chaque été. Ils doivent pour cela assumer les coûts associés à l’analyse de l’eau, tandis que le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs fournit des ressources utiles, comme du personnel spécialisé dans la collecte d’échantillons. Pour pouvoir faire partie de ce programme, la plage doit satisfaire aux deux exigences suivantes:

  • être une plage publique;
  • être jugée sécuritaire par la Régie du bâtiment.

Bien que ce programme permette d’informer le public sur l’état des plages et leur sécurité, il est loin de comporter les critères rigoureux de la certification Pavillon bleu, qui n’est accordée qu’aux littoraux les plus propres et durables du monde.

Tournés vers l’avenir

Une plage durable présente une multitude d’avantages. Sur le plan environnemental, elle aide à l’amélioration de la qualité de l’eau et à la protection contre l’érosion. Sur le plan socio-économique, elle vise la satisfaction des clients et l’augmentation des revenus des commerces locaux. Les plages européennes ont constaté que le programme de certification Pavillon bleu et une sensibilisation accrue à ce dernier ont permis aux gens de mieux connaître le concept de durabilité. Au fur et à mesure que ce programme se répand au Canada, on peut s’attendre à ce que bon nombre de plages obtiennent la certification; le Pavillon bleu aura alors une plus grande incidence sur le choix des habitués de la plage.

 

Sources:

- Blue Flag. «Programme Eco-label for Beaches and Marinas», www.blueflag.org, 2012.

- Dodds, Rachel. «Determining the Economic Impact of Beaches: Lake Huron Shoreline from Sarnia to Tobermory», Ted Rogers School of Hospitality and Tourism Management, Université Ryerson, 15 avril 2010.

- Tudor, D. T. et A. T. Williams. «A rationale for beach selection by the public on the coast of Wales, UK», Area, vol. 38, no 2, juin 2006, p. 153-164.

 

Rachel Dodds, professeure associée, Ted Rogers School of Hospitality & Tourism Management, Ryerson University

Rachel Dodds est reconnue à travers le monde en tant qu’experte du tourisme durable. Elle est professeur associée à la Ted Rogers School of Hospitality and Tourism Management à l’Université de Ryerson et directrice de la firme de consultants Sustaining Tourism. Elle est l’auteure des livres “Power and Politics” et “Sustainable Tourism in Islands”. Ses champs d’expertise se concentrent sur le tourisme durable, les changements climatiques et la responsabilité sociale des entreprises. Elle est titulaire d’un Ph.D. de l’Université de Surrey en Angleterre et d’une Maîtrise en gestion du tourisme de l’université de Griffith en Australie. Elle est membre fondatrice de la Canada’s Icarus Foundation, participe au Sustainability Council for the Tourism Industry Association et est ex-membre de la Travel and Tourism Research Association of Canada. Elle a vécu et travaillé sur quatre continents et a voyagé dans plus de 75 pays.

Champs d’expertise:

  • Tourisme durable
  • Changements climatiques
  • Responsabilité sociale des entreprises

Site de l’institution

Voir les analyses de Rachel Dodds