Retour

Retour
Analyses - 18 juin 2013

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

juin 2013

Recherche

L
Imprimer Segments de clientèles, Tourisme durable,

Des vacances et des loisirs pour tous

Le tourisme social a pour objectif de rendre les voyages et les loisirs accessibles au plus grand nombre, tout en favorisant le marché domestique.

Les voyages sont inaccessibles pour un large pan de la population. Selon un sondage réalisé par La Presse en mars 2012, 57% des Québécois n’ont pas voyagé lors de la dernière année. Voici quelques initiatives européennes et québécoises de démocratisation des vacances.

De quoi parle-t-on?

Le droit au tourisme pour tous est reconnu par le code mondial d’éthique de l’Organisation mondiale du tourisme. Le tourisme social regroupe les acteurs œuvrant plus largement dans l’économie sociale et solidaire, et ses valeurs se rapprochent de celles du tourisme durable. La mission de l’association, de la coopérative ou encore de la fédération est de rendre les loisirs touristiques accessibles aux personnes défavorisées ou ayant un revenu modeste, et de soutenir la mixité sociale, sans poursuivre un objectif de rentabilité. Les activités de ces organismes sont souvent rendues possibles par le soutien ou l’intervention de l’État, grâce à ses politiques sociales.

Louis Jolin, professeur à l’Université du Québec à Montréal et membre de l’Organisation internationale du tourisme social, précise que ce dernier vise «la qualité de la relation entre les visiteurs et les communautés d’accueil. […] Il a donc le mérite d’accroître la démocratisation du territoire pour des fins récréotouristiques mais aussi socioéducatives».

Un programme commun pour les États membres de la Commission européenne

La Commission européenne a créé en 2009 le programme Calypso (voir la vidéo ci-dessous), qui encourage le développement d’initiatives en lien avec le tourisme social dans l’Union européenne (UE). Quatre catégories de personnes des 21 États membres et pays participants peuvent profiter des voyages à bas prix et des séjours thématiques en basse saison:

  • les jeunes âgés de 18 à 30 ans;
  • les familles confrontées à des pressions financières ou autres;
  • les personnes en situation de handicap;
  • les personnes de plus de 65 ans ainsi que les retraités qui sont dans la précarité ou qui sont découragés à l’idée de devoir organiser un voyage.

Le programme a pour objectifs la lutte contre la saisonnalité des régions touristiques, mais aussi la découverte de destinations moins connues de l’UE. L’une des initiatives récentes est le FETE-project (First European Travel Experience), qui est né d’un partenariat entre la Belgique, l’Allemagne, la Finlande et la Suède pour offrir des vacances aux jeunes de 16 à 26 ans qui n’ont jamais voyagé en dehors de leur pays.

Source: vidéo YouTube

L’engagement des gouvernements envers le tourisme social

L’établissement public français de l’Agence Nationale pour les Chèques-Vacances (ANCV) assure l’accès aux vacances pour tous les travailleurs (lire aussi: «Chèque-vacances: un double levier, social et touristique»). Ces chèques-vacances génèrent plus de 1,3 milliard d’euros, profitent à près de 9 millions de bénéficiaires et sont acceptés par 170 000 entreprises touristiques et de loisirs. En marge de son activité principale, l’ANCV mène des actions de solidarité à travers plusieurs programmes d’aide à la personne et de financement des infrastructures touristiques à vocation sociale.

 AL_tourisme_social_image1

Source: ANCV

Le gouvernement espagnol a développé le programme Europe Senior Tourism pour accueillir en basse saison les Européens de plus de 55 ans dans trois de ses régions touristiques. Une partie du voyage est financée, ce qui permet aux seniors de profiter d’un tarif maximal de 360 euros pour un séjour de 8 jours en hôtel 4 étoiles incluant le transport, la demi-pension, des animations et une excursion.

Quant au gouvernement québécois, il compte à son actif quelques programmes de financement. Les plus récents sont consacrés aux associations nationales de loisir touristique et de plein air, regroupées au sein du Conseil québécois du loisir, et aux centres de vacances et camps familiaux rassemblés dans le Mouvement québécois des vacances familiales.

Une offre segmentée selon le type de clientèle

En France, les acteurs du tourisme social sont regroupés au sein de l’Union nationale des associations de tourisme et de plein air, et sont classés de la manière suivante:

  • villages vacances, ciblant les familles (VVF Villages, Vacances Bleues);
  • centres d’accueil de jeunes et/ou sportifs (FUAJ, UCPA);
  • centres de vacances pour enfants et adolescents (Ligue de l’enseignement);
  • classes de découverte (voyages scolaires);
  • séjours linguistiques (Thalassa);
  • voyages pour adultes à l’étranger (ARVEL, Croq’Nature).

 AL_tourisme_social_image5

Source: VVF Villages

En 2010, ils ont généré un chiffre d’affaires de 1,9 milliard d’euros, impliqué 20 000 emplois directs annuels, 50 000 emplois saisonniers et accueilli 3,2 millions de personnes.

En Italie et en Croatie, il existe un réseau de 40 centres touristiques qui se sont adaptés à une clientèle ayant des besoins particuliers les empêchant souvent de profiter des offres touristiques «ordinaires». Ainsi, Village for all est accessible aux personnes en situation de handicap, mais aussi à celles ayant des allergies alimentaires ou environnementales, aux personnes âgées, aux patients dialysés, aux personnes en surpoids et aux familles avec des enfants en bas âge.

 AL_tourisme_social_imagetrois

 Source: Village for all

AL_tourisme_social_image3Au Québec, le Mouvement québécois des vacances familiales a lancé le Programme Vacances Familiales Accessibles, qui permet à des familles de bénéficier de réductions pour voyager. Plusieurs autres organismes sont engagés dans le tourisme social en ciblant une clientèle précise: l’Association des camps certifiés du Québec, Vélo Québec, Kéroul, la Fédération québécoise de la marche, la Fédération québécoise des centres communautaires de loisir, etc.

Des enjeux bien présents

Ces organismes font face à de nombreux enjeux qui compromettent leur pérennité, tels que le financement et la difficulté de valoriser leurs pratiques. Pour répondre à ces problématiques, le Conseil québécois du loisir a déposé des recommandations auprès du gouvernement, proposant la création d’un fonds d’investissement d’aide à la personne, aux infrastructures et aux petits établissements touristiques en région, ainsi que la mise en place de crédits d’impôt.

Enfin, les partenariats avec le secteur privé sont une avenue à considérer. Une entreprise touristique qui s’engage auprès d’un organisme de tourisme social peut élargir sa clientèle et dispose d’un moyen supplémentaire pour lutter contre la saisonnalité.

Source(s)

– Caire, Gilles. «Les associations françaises de tourisme social face aux politiques européennes», Revue internationale de l’économie sociale, février 2006.

– Conseil québécois du loisir. «Vers un cadre de financement des organismes nationaux de loisir», loisirquebec.com, février 2012.

– Espaces. «Réinventer le tourisme social», no 310, janvier-février 2013, p. 46 à 137.

– Jolin, Louis et Luce Proulx. «L’ambition du tourisme social : un tourisme pour tous, durable et solidaire !», Revue Interventions économiques no 32, juillet 2005.

– Morissette, Nathaëlle. «Vacances: un Québécois sur deux ne voyagera pas», lapresse.ca, 4 avril 2012.

Sites:

- Agence Nationale pour les Chèques-Vacances

- Conseil québécois du loisir

- European Network for Accessible Tourism

- Mouvement québécois des vacances familiales

- Organisation internationale du tourisme social

- Programme Calypso – Commission européenne

- STEEP

 
  • Richard Nicol

    Bonjour, on parle de la relation visiteurs-visités. On devrait dorénavant ne plus oublier les nouveaux arrivants et les immigrants qui restent à Montréal sans en sortir et qui ont le droit de voyager pour mieux apprivoisier leur pays d’adoption. Qui s’en soucie ? Sans doute pas les ATR dont c’est le mandat de favoriser la découverte de leur région.

  • Louis Jolin

    Merci d’avoir consacré une analyse au tourisme social. La définition la plus récente du tourisme social se retrouve dans l’article 3 des Statuts de l’OITS. Je me permets de la citer:
    Par tourisme social, l’OITS entend l’ensemble des rapports et des phénomènes concernant la participation,tant au sein des populations des pays visités qu’au sein de celles qui partent en vacances, des couches sociales aux revenus modestes ou présentant certaines caractéristiques pouvant restreindre leur accessibilité au tourisme, aux vacances et à leurs bénéfices. Cette participation est rendue possible ou facilitée par la combinaison de politiques et mesures sociales bien définies, et l’engagement des acteurs de la société civile. » TROIS REMARQUES par rapport à l’analyse d’Aude Lenoir:
    1) Le tourisme social se préoccupe des populations défavorisées mais pas uniquement; il vise à rendre accessible le tourisme à toutes les personnes dont certaines caractéristiques restreignent l’accessibilité (personnes handicapées,familles, personnes âgées…)tant du côté des visiteurs que des visités.
    2) Si les mesures sociales et les politiques sociales sont recherchées, plusieurs associations poursuivent des objectifs d’accessibilité sans nécessairement être subventionnées (ex. les auberges de jeunesse).
    3) La poursuite du profit ou de bénéfices à partager entre des actionnaires ou des membres n’est pas l’objectif des associations, ce qui ne les dispense pas de rechercher une rentabilité pour poursuivre leur mission sociale. Ce n’est pas contradictoire avec le caractère de non lucrativité des associations.

  • Aude Lenoir

    Merci beaucoup M. Jolin pour ces précisions!

    • Richard Nicol

      Mme Lenoir, pourriez-vous me dire en quoi le Guide des régions pour les communautés culturelles est différent des guides des ATR ? Je suis vraiment curieux. Un site qui s’adresse aux communautés culturelles ? Visitez http://www.decouvrirlequebec.org Salut à mon collègue Louis Jolin.

    • Aude Lenoir

      Bonjour M. Nicol,
      En effet, quebectourisme.ca se distingue très peu des sites des ATR, même s’il se dit dédié aux communautés culturelles. Cependant, les forfaits (semblent-t-ils en cours d’élaboration) seront peut-être adaptés à cette clientèle.
      Votre site decouvrirlequebec.org mérite d’être connu, c’est une très bonne initiative, merci pour le partage!

  • Paul M. LeBoutillier

    Les vacances pour tous devrait être obligatoires, afin que tous aient la chance de voir nos beaux espaces natures sur notre territoire et notre patrimoine.
    Cela permettrait à ces derniers de voir en réel notre société qui évolue grâce à tous ceux en action qui l’a réalise à tous les jours par leurs bons soins porté à leurs clientèles de visiteurs.

    L’innovation , du service et un beau sourire vous attendent , alors sortez voir votre belle province , le QUÉBEC!
    Un globetrotteur de Rimouski.

  • Richard Nicol

    Une publication numérique gratuite sur le tourisme social familial: http://www.journalvf.com

Consultez notre Netiquette