Retour

Retour
Analyse - 18 mars 2016

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

mars 2016

Recherche

L
Imprimer Produits et activités,

Les événements de course à pied stimulent les régions

Populaires auprès des sportifs, les événements de course à pied ont pris une ampleur considérable au Québec depuis cinq ans. De la rencontre sportive compétitive aux courses thématiques ludiques se trouvent des rassemblements qui contribuent au dynamisme régional.

Selon les données du Print Measurement Bureau, le nombre de Québécois qui pratiquent le jogging est passé de 635 000 en 2010 à 1 081 000 en 2015, soit une augmentation de 70 %. Peu importe les raisons qui les motivent à courir, nombre d’entre eux visent ultimement à compléter une distance lors d’une course officielle. Pour certains, ces événements représentent un accomplissement personnel ensuite partagé fièrement sur les médias sociaux. Pour d’autres, il s’agit d’un mode de vie se traduisant par la participation à plusieurs autres défis sportifs.

Multiplication des événements

Les rassemblements sportifs incluant de la course à pied ont gagné en popularité : ils sont passés de 200 en 2010 à 552 en 2015.

Les rassemblements sportifs organisés au Québec foisonnent depuis quelques années. Selon Réjean Gagné, fondateur du site Iskio.ca, les événements incluant de la course à pied ont gagné en popularité : ils sont passés de 200 en 2010 à 552 en 2015. Cette forte croissance est constatée dans presque toutes les régions de la province : la Montérégie a vu le nombre de courses tenues sur son territoire passer de 25 en 2010 à 71 en 2015, Montréal de 28 à 66, la Mauricie de 25 à 61, Québec de 19 à 61 et le Saguenay-Lac-Saint-Jean de 18 à 40.

Les courses à obstacles telles que la Reebok Spartan Race connaissent pour leur part une progression vertigineuse. Contrairement aux courses à pied traditionnelles, ce type d’épreuve sportive comprend de nombreux défis tels que courir sur un terrain accidenté, ramper dans la boue, marcher sur de la braise ou même éviter des barbelés. Au Québec, la Reebok Spartan Race n’est pas la seule de ce type. En effet, les courses à obstacles sont passées d’une en 2010 à 78 en 2015, d’après Iskio.ca.

Les courses en sentier, connues sous le nom de trail running, connaissent également un réel engouement. Au Québec, elles sont passées de 15 événements en 2010 à 78 en 2015. Alors que les courses de courtes distances (1 km, 5 km, 10 km) initient de nouveaux individus à cette discipline, les demi-marathons, les marathons et les ultra-marathons enchantent les plus aguerris. Malgré le niveau de difficulté élevé que représentent ces derniers, le nombre d’adeptes se multiplie, et ce, partout à travers le monde. À titre d’exemple, pour participer à la plus célèbre épreuve de course de sentier du monde, l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, certains sportifs peuvent attendre jusqu’à trois ans avant de faire partie des 2300 coureurs tirés au sort.

Diversification des courses

La popularité des courses à pied a fait en sorte que pour se distinguer, certains organisateurs usent de créativité pour donner une thématique à leur événement. La compétition, bien que réelle, est dans certains cas un prétexte à la rencontre festive, à la découverte d’une destination et au plaisir de bouger.

Les courses gourmandes

Les premières courses gourmandes ont vu le jour en 2013, avec le demi-marathon des Érables à Mont-Saint-Grégoire. Depuis, d’autres compétitions se sont greffées au calendrier sous différentes thématiques, par exemple la Chococourse, le demi-marathon des Vergers, des Microbrasseries et des Vignobles. En plus de leur vocation sportive, les courses gourmandes ont pour mission de « promouvoir et démocratiser la course à pied tout en faisant participer les coureurs à des “happenings” gourmands et thématiques mettant en valeur les artisans locaux, les produits du terroir et les attraits touristiques régionaux, ainsi qu’en offrant une expérience de course différente aux adeptes de ce sport ».

AR_course_a_pied1

Source : Les Courses Gourmandes

La popularité des Courses Gourmandes est telle que l’on constate une augmentation de 50 % du nombre de participants chaque année, et ce, depuis leur création. En 2015, on évalue à 15 000 le nombre de coureurs ayant participé aux événements, et l’organisation prévoit que ce nombre passera à 25 000 en 2016. D’ailleurs, en 2016, le Demi-Marathon des Érables deviendra le Marathon des Érables et sa distance de 42,2 km, certifiée par Athlétisme Canada, s’inscrira parmi les événements de qualification pour le Marathon de Boston.

Les circuits nationaux et internationaux

Les parcours certifiés sont davantage prisés par certains sportifs prêts à voyager aux quatre coins du monde pour y participer.

Faire partie d’un circuit reconnu contribue au rayonnement de l’événement à l’extérieur de la région et promeut la destination. Il existe plusieurs circuits de courses. Alors que certains sont ouverts à tous, d’autres s’adressent à l’élite sportive. Par exemple, le Abbott World Marathon Majors (AWMM) regroupe les marathons de Tokyo, Londres, Boston, Berlin, Chicago et New York. Pour se qualifier, les coureurs doivent participer à d’autres marathons qui détiennent la certification officielle demandée par le AWMM et répondre à certaines exigences en matière de performance. Les parcours certifiés sont donc davantage prisés par certains sportifs prêts à voyager aux quatre coins du monde pour y participer.

Après seulement quatre ans d’existence, l’Ultra-Trail Harricana du Canada (UTHC), qui se déroule dans Charlevoix, fait son entrée dans le plus prestigieux circuit de courses en sentier au monde, l’Ultra-Trail® World Tour (UTWT). En plus d’attirer des coureurs internationaux, les organisateurs s’attendent à accueillir davantage de journalistes spécialisés, de représentants commerciaux et de dignitaires. L’introduction de l’épreuve dans ce prestigieux circuit promet une visibilité considérable pour la région et la province dans les médias imprimés et également sur les médias sociaux.

Coureur, excursionniste, voyageur et ambassadeur

Les participants courent, certes, mais ils en profitent également pour se restaurer. Selon la nature de l’événement et l’origine des participants, certains arriveront quelques jours à l’avance ou prolongeront leur séjour pour explorer la destination seuls ou accompagnés. En plus de dépenser localement, plusieurs voudront immortaliser leur exploit en prenant des photos et en les diffusant sur les médias sociaux. En plus de commémorer leurs prouesses, ces photos mettent en valeur l’événement et le cadre dans lequel il se déroule. Et si parcourir une région à la course donnait aussi envie d’y revenir pour la découvrir plus longuement, en famille ou entre amis?

Source(s)

 

Sites Web :

  • Iskio.ca

 

 
  • Mario

    Le circuit des courses gourmandes profite d’une belle fenêtre dans cet article. D’autres évènements tel la Marathon Baie-des-Chaleurs compte plus de mille coureurs sur une population locale de 4000 habitants. Pas mal aussi!

    • Amélie Racine

      Bonjour Mario, plusieurs autres exemples illustrent le dynamisme de ce secteur d’activité; il est toutefois impossible de les nommer tous dans un seul article. Merci d’avoir partagé votre exemple!

  • Nathalie Rivard

    « C’est cette recrudescence pour la course à pied et le fait que les coureurs voyagent de plus en plus pour courir qui m’a encouragée à faire le livre « Courir autour du monde: Des plus classiques aux plus folles, 200 courses pour vous faire rêver ». La course est rendue un facteur important dans le choix des destinations que ce soit pour des escapades ou des voyages. On choisit sa course et ensuite on planifie le tourisme autour de celle-ci. http://www.archambault.ca/rivard-nathalie-courir-autour-du-monde-ACH003712173-fr-pr

Consultez notre Netiquette