Retour

Retour
Compte-rendu de conférence - 18 décembre 2017

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

décembre 2017

Recherche

L
Imprimer Produits et activités,

Tourisme industriel : à la jonction du passé et du présent

Le tourisme industriel se développe au Québec ; en voici quatre exemples.

Le congrès annuel de l’Association québécoise du patrimoine industriel s’est déroulé les 22 et 23 septembre à Montréal sous le thème « Tourisme industriel : un réseau à découvrir ». Lors d’une table ronde, des experts ont discuté des défis et des projets portant sur le tourisme industriel au Québec.

Le guide-animateur : un élément clé !

Hydro-Québec offre des visites guidées depuis plus de 50 ans. En 2016, les 14 installations ouvertes au public ont reçu 135 000 visiteurs. La société d’État a comme objectifs de démontrer les avantages de l’hydroélectricité, de souligner la performance environnementale de l’entreprise, de mettre en valeur les expertises et les savoirfaire et de contribuer au développement touristique régional. L’organisation sait qu’elle bénéficie d’un contact privilégié avec le grand public et elle mise d’ailleurs beaucoup sur ses guides-animateurs. Ils sont les premiers représentants de l’entreprise sur le terrain. Leur passion est essentielle ; elle constitue un vecteur important de communication.

photo-hydro-quebec-visite

Source : photo Hydro-Québec

Amener ses détracteurs à devenir des ambassadeurs

Le centre d’interprétation de la mine King est ouvert depuis août 2016. Le site met en valeur des bâtiments miniers et le travail des générations qui ont bâti la région en plus d’offrir un parc urbain aux résidents. Il est possible de visiter la forge, le bâtiment des treuils ainsi que celui du chevalement, d’où s’élève un observatoire.

L’un des facteurs ayant déterminé le choix de l’ancienne mine King (fermée en 1986) fut sa proximité du centre-ville de Thetford Mines. Sous la supervision du musée minéralogique et minier, le projet a connu plusieurs embuches financières, légales et techniques. Il est devenu un enjeu de la dernière campagne électorale municipale.

Au début, la population et plusieurs anciens travailleurs étaient contre le projet. Pourtant, ils ont finalement changé d’opinion. En effet, les diverses activités et la mise en valeur du centre d’interprétation ont permis aux résidents de s’approprier le site et d’en devenir les ambassadeurs. Ils peuvent d’ailleurs acquérir une plaque honorifique pour souligner leur travail, ou celui d’un ou de plusieurs membres de leur famille, dans cette industrie qui a tant marqué cette région.

Le projet a reçu le prix reconnaissance d’architecture « Jean-Berchmans-Gagnon » de la Ville de Thetford Mines et est finaliste pour les prix d’excellence de l’administration publique du Québec 2017.

Quand une ATR et une usine font la paire !

Depuis 2003, la compagnie Rio Tinto Alcan offre des visites gratuites de son usine d’Alma en partenariat avec Tourisme Alma Lac-Saint-Jean. C’est le seul lieu de la compagnie ouvert au public.

L’entente se renouvelle chaque année. La visite doit être sécuritaire et ne pas déranger les travailleurs. La compagnie s’occupe du financement de l’activité et de la formation des guides. Pour sa part, l’ATR prend en charge les volets promotionnel et administratif.

rio-tinto-alcan

Source : Tourisme Alma Lac-Saint-Jean

La visite de l’usine d’aluminium procure de nombreux avantages pour l’ATR et pour l’aluminerie. Pour la première, l’activité permet de retenir plus longtemps les visiteurs dans la région, et de générer davantage de revenus. Selon une étude d’achalandage réalisée par l’ATR, les retombées économiques sont évaluées à 270 000 $. Chaque dollar investi représente un rendement de 29 $.

Les visites ont eu un impact sur la perception des participants envers Rio Tinto Alcan. Selon un sondage mené auprès des visiteurs, son image « très bonne » et « excellente » est passée de 42 % au début de la visite à 82 % à la fin de celle-ci. De plus, elle permet à la compagnie d’augmenter sa visibilité ainsi que celle de son produit, de valoriser les professions et de soutenir la région dans sa diversification économique en favorisant l’essor de l’industrie touristique.

Briser les préjugés et redonner fierté à une région

Ouvert en 2010, le musée Boréalis est situé dans les anciens locaux de la Canadian Internationale Paper à Trois-Rivières. Il s’agit d’un des plus grands projets de mise en valeur du patrimoine industriel du Québec des dernières années.

L’équipe en place désire que le musée soit un générateur ; elle souhaite notamment tisser des liens entre les générations et redonner un sentiment de fierté aux travailleurs et à leur famille.

Pour leurs nombreux projets, Boréalis a collecté plus de 200 témoignages à travers la province, en Ontario et au Nouveau-Brunswick. Afin de valoriser les anciens travailleurs, le musée leur accorde des privilèges et met sur pied plusieurs évènements. Les anciens employés retrouvent ce sentiment de fierté d’avoir participé au développement de la région, et dans certains cas, sur plusieurs générations.

Premier Shift 

Parmi leurs divers projets porteurs de mémoire, le musée offre l’activité de découverte « Premier Shift ». Elle propose aux visiteurs d’incarner un nouvel employé à l’usine. À l’aide d’un casque d’écoute, les participants sont immergés dans le quotidien du lieu à travers un trajet sonore de 2 km incluant des témoignages de plusieurs travailleurs. L’objectif vise, entre autres, à briser les préjugés envers un quartier qui s’est appauvri à la suite de la fermeture de l’usine.

Premier-Shift

Source : Musée Boréalis. Crédit : © Olivier Croteau

Le musée désire aussi s’ancrer dans la population trifluvienne par sa programmation diversifiée. Il présente des soirées pour les milléniaux et édite plusieurs publications. Un espace extérieur a aussi été créé afin d’ouvrir les possibilités d’activités de commémoration et d’atteindre une clientèle qui ne vient pas au musée.

D’après vous, comment le tourisme industriel pourrait-il se démarquer au Québec ?

Source de l’image à la une : © Réseau de veille en tourisme

Source(s)

Association québécoise du patrimoine industriel. Congrès « Tourisme industriel : un réseau à découvrir », 22 et 23 septembre 2017.

 

Consultez notre Netiquette