Retour

Retour
Analyses - 25 avril 2012

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

avril 2012

Recherche

L
Tourisme durable,

Gestion responsable d’événements: un véritable effet domino

Le virage vert dans le domaine événementiel engendre de nouvelles pratiques novatrices. Bien plus qu’une simple tendance, l’évaluation des retombées et la diffusion des résultats constituent désormais une priorité pour les organisateurs d’événements écoresponsables. Un festival précurseur au Royaume-Uni, le Croissant Neuf Summer Party, parvient même à prouver que les participants à la dernière édition ont émis en moyenne 50% moins de CO2 que s’ils étaient restés à la maison cette même fin de semaine!

État des lieux

Depuis juin 2010, la mise sur pied de la norme BNQ 9700-253 en gestion responsable d’événements a permis de consolider l’expertise québécoise en matière de développement durable.

État des lieux

  • Après plus d’un an d’application de la norme BNQ, 10 organisateurs sont maintenant certifiés et environ 35 événements ont été classifiés.
  • Le Conseil québécois des événements écoresponsables (CQEER), en collaboration avec Loto-Québec, lance cette année la première édition du concours Les Vivats: plus de 160 candidatures en provenance de 15 régions administratives ont été déposées.
  • En date du 21 juin 2011, la Charte d’engagement envers le développement durable des commanditaires et partenaires majeurs d’événements comptait quant à elle déjà 13 signataires.

Certains commanditaires ont été à l’avant-garde de ce courant. En guise d’exemple, mentionnons le cas du festival de jazz le plus important de la planète. C’est grâce à l’achat de crédits compensatoires pour les 2000 tonnes de carbone émises par les activités du Festival international de jazz de Montréal (FIJM) chaque année que Rio Tinto Alcan a fait du FIJM le premier événement carboneutre au Canada en 2008.

À l’international, la norme ISO 20121, visant à promouvoir le développement durable dans les critères de l’organisation d’événements, est en cours d’élaboration. Quelque 30 pays se sont déjà engagés en qualité de membres participants ou de membres observateurs du comité de projet. Le lancement officiel de la norme ISO devrait concorder avec la tenue des Jeux olympiques de Londres cet été.

Principales tendances

On constate une toute nouvelle approche de gestion chez les organisateurs d’événements. Les principales tendances s’articulent notamment autour d’une planification plus rigoureuse des mesures écoresponsables et d’une utilisation accrue des nouvelles technologies.

Les gestionnaires d’événements ont de plus en plus tendance à:

  • planifier, mesurer et certifier le volet responsable des événements;
  • évaluer les retombées relatives à la mise en place de pratiques écoresponsables, comme le retour sur investissement, ainsi que les répercussions sociales et environnementales. Selon un sondage international de KPMG réalisé en 2011, 95% des 250 plus grandes entreprises au monde produisent maintenant des bilans témoignant de leur responsabilité sociale, une augmentation de 14% par rapport à 2008;
  • miser sur l’atteinte d’objectifs de qualité en se concentrant sur deux ou trois mesures à la fois;
  • exiger des fournisseurs écoresponsables (par exemple pour le choix du lieu où se tiendra l’événement, l’achat de produits promotionnels et alimentaires, etc.);
  • utiliser les technologies pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Contrairement à ce que certains promoteurs ont encore tendance à croire, la présence virtuelle de certains invités ou participants – à l’occasion d’un congrès ou d’une réunion d’affaires par exemple – ne compromet généralement pas le taux de participation. Il s’agit plutôt d’un complément qui contribue à réduire le nombre de déplacements et à diminuer les coûts, tout en bonifiant la programmation et en étendant la portée d’un événement.

Deux exemples de bonnes pratiques

Croissant Neuf Summer Party

Lors du Greener Festival Award en octobre 2011, un gala récompensant les initiatives de festivals en matière de développement durable, Croissant Neuf Summer Party a été proclamé événement le plus écoresponsable du Royaume-Uni. Depuis sa création, le respect de l’environnement a toujours constitué une valeur primordiale pour ses organisateurs.

L’énergie requise lors de la tenue de cet événement est générée exclusivement par des panneaux solaires et des éoliennes. Tout ce qui peut être recyclé l’est. La nourriture et les boissons servies sur le site sont des produits aussi biologiques, locaux et équitables que possible. Pour chaque voiture qui se déplace jusqu’au site, trois arbres sont plantés aux alentours. Un bel exemple qui prouve qu’au fil des années, un pas à la fois, les promoteurs d’événements atteignent des résultats impressionnants.

 

Lightning in a Bottle

Lightning in a Bottle, un festival ayant lieu annuellement au Oak Canyon Ranch à Silverado, en Californie, est reconnu comme un chef de file en ce qui a trait à l’écoresponsabilité. Sur le site Internet de l’événement, on trouve notamment des informations à propos du programme Leave No Trace – Sans Trace en français –, déjà bien implanté au Canada et aux États-Unis.

  

Source: Lightning in a Bottle

Parmi leurs initiatives, les organisateurs offrent gratuitement de l’eau filtrée sur le site, ils utilisent des matériaux recyclés et réutilisables pour la conception des divers éléments de décor, tels que du bambou, du rotin et même certains déchets!

Grâce à l’achat de crédits compensatoires, l’événement est également carboneutre. En 2011, cette contribution a été versée à la protection de Big River/Salmon Creek Forests dans le comté de Mendocino, en Californie. Lors de l’achat d’un laissez-passer, on offre aux festivaliers qui le désirent de débourser un montant optionnel de 3$ pour l’achat de crédits carbone. En échange, ils reçoivent un rabais applicable à l’achat d’une bouteille d’eau réutilisable à l’effigie du festival, des semences, etc.

Des mesures innovatrices à la portée de tous

Bien qu’elle puisse être fort bénéfique pour la notoriété de certaines organisations, l’obtention d’une certification ne constitue donc pas un prérequis pour emboîter le pas. L’objectif du développement durable étant de réduire les effets négatifs et d’augmenter les répercussions positives des événements, tant sur le plan environnemental que social, de multiples mesures sont à la portée de tous les organisateurs d’événements. Bref, il faut continuer à faire preuve d’audace et à innover pour que le Québec devienne une référence en matière d’organisation d’événements écoresponsables!

 Analyse réalisée grâce à un partenariat avec Tourisme Montréal sur le tourisme urbain durable.

Sources :

Bigwood, Guy. «Will Sustainability Reporting go Mainstream ?», Less Conversation More Action, 16 janvier 2012.

Luehrs, Michael. «Predictions for sustainable meetings and events, 2012: part 1-2-3», Less Conversation More Action, 30 décembre 2011, 2 et 3 janvier 2012.

Organisation internationale de normalisation, communiqué de presse. «Avec les Jeux olympiques 2012 en ligne de mire, évènementiel et développement durable s’inscrivent au programme de l’ISO », iso.org, 5 janvier 2010.

 

Sites Internet:

- Conseil québécois des événements écoresponsables

- Takt-etik

- Festival international de jazz de Montréal

- Greener Festival Award

- Croissant Neuf Summer Party

- Lightning in a Bottle Festival

- Sans Trace Canada