Retour

Retour
Analyses - 11 juillet 2012

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

juillet 2012

Recherche

L
Imprimer Produits et activités,

La valorisation d’une destination touristique par l’aménagement floral

Les fleurs et les plantes contribuent à l’embellissement des villes, des maisons et des lieux touristiques. L’aménagement floral au sein d’espaces publics ou privés est un prétexte au spectacle ou à l’animation, mais permet surtout la revitalisation et la consolidation de l’attractivité touristique du lieu. En étant une composante des jardins et des espaces verts, comment peut-il accroître l’attrait d’une destination?

Qu’est-ce que le tourisme des jardins?

Le jardin est, par définition, un espace intérieur ou extérieur clôturé, où l’on cultive des végétaux. Cependant, cette analyse considère uniquement les aménagements de fleurs et de plantes. Le caractère éphémère du jardin permet un perpétuel renouveau et incite à la créativité, associant ainsi l’art à cette pratique. Différents segments de clientèle sont attirés par ces offres, que ce soient des jardiniers amateurs ou professionnels, des adeptes de tourisme culturel, de loisirs ou tout simplement des amoureux de la nature. Produit d’appel ou de soutien, le thème du jardin est bel et bien intégré dans l’offre touristique et revêt différentes formes.

Les jardins floraux

Certains jardins ont une renommée internationale, tels le Sissinghurst Castle Garden en Angleterre, les jardins Butchart en Colombie-Britannique, le Kirstenbosch au Cap, en Afrique du Sud, la récente High Line de New York, ou encore le jardin Majorelle au Maroc. Au-delà de ces quelques attraits, il existe des milliers de jardins publics et privés. En France, 40% des 1 000 jardins ouverts au public seraient privés. Le Québec recèle aussi de nombreux trésors, tels que les Jardins de Métis et le Jardin botanique de Montréal. Selon les données 2012 de Print Measurement Bureau, ce dernier a été visité par près de 9% des Québécois âgés de douze ans et plus au cours des douze derniers mois.

Sources: Sissinghurst Castle Garden, et Kirstenbosch

D’importantes associations se sont donné comme mandat de promouvoir les jardins. La Royal Horticultural Society recense actuellement 370 000 membres dans le monde. Elle organise des événements floraux, encourage les labels de qualité, les villes fleuries, mène des campagnes pour le jardinage à l’école, etc. Une autre association, Jardins sans Limites, regroupe des jardins de la France, de l’Allemagne et du Luxembourg, et propose de courts séjours incluant des visites de plusieurs jardins. Enfin, l’Association des jardins du Québec a pour mission de développer et de promouvoir les jardins ouverts au public.

Les Gîtes de France proposent une catégorie gîtes au jardin, qui inclut plus de 300 chambres d’hôtes et de 1 200 locations de vacances, tenues par des personnes souhaitant partager leur passion. À titre d’exemple, lors d’un séjour à l’un des écogîtes de Baugnac, les clients peuvent suivre un parcours pédagogique composé de 14 bacs de fleurs et de plantes.

Source: Gîtes de Beaugnac

Des labels pour la reconnaissance de l’expression florale

La Corporation des Fleurons du Québec a depuis 6 ans instauré un programme de certification, qui attribue aux 350 municipalités participantes de 1 à 5 fleurons, selon leur embellissement horticole et paysager (voir la photo ci-dessous). Cette classification existe aussi à l’échelle nationale et est gérée par l’organisme Collectivités en fleurs, qui en est à sa 18e édition. Il évalue entre autres l’action environnementale, la conservation du patrimoine, la foresterie urbaine, l’aménagement paysager et floral, ainsi que l’implication communautaire de la Ville.

 

Source: Ville de Maniwaki

Le label Villes et Villages Fleuris est très populaire en France, puisque plus de 3 800 communes ont été certifiées en 2010. Créé il y a plus de 50 ans, il découle d’une volonté encore plus ancienne d’inciter les gares ferroviaires et les hôteliers à fleurir leurs infrastructures, afin de dynamiser l’activité touristique. Le Comité des Parcs et Jardins de France et le ministère de la Culture ont mis en place le label Jardin remarquable, pour «les jardins ouverts au public présentant un intérêt culturel, esthétique, historique ou botanique». Il permet à ces jardins d’obtenir une signalisation routière spécifique.

Les retombées engendrées par ces labels sont nombreuses et touchent surtout l’amélioration du cadre physique. Selon un sondage Ipsos mené en 2011, les Français estiment que la qualité de vie est meilleure au sein des communes fleuries. De plus, 37% des répondants pensent que ce label constitue un élément pouvant déterminer le choix de leur séjour touristique.

Les routes touristiques

Reliant 19 jardins et 28 Collectivités en fleurs, la Route des jardins du Canada traverse le pays d’est en ouest. VIA Rail, le principal commanditaire, a établi une carte répertoriant les arrêts incontournables (voir la carte ci-dessous).

 Source: Canada Garden Route

Au Québec, Tourisme Gaspésie propose un Circuit jardins et ponts couverts; sur le site de Tourisme Lanaudière, il est possible de consulter le parcours Jardins et horticulture sur une carte interactive; à Montréal, l’organisme Sentier Urbain offre un circuit reliant huit jardins cachés au cœur de l’arrondissement de Ville-Marie, attirant chaque été 12 000 visiteurs. En plus de représenter des lieux d’apprentissage pour les enfants, ces jardins accueillent aussi des spectacles et des conférences.

Les festivals et événements

Festivals, expositions, événements, fêtes, conférences: les rassemblements ne manquent pas pour mettre à l’honneur les plantes et les fleurs! La plus grande exposition d’horticulture au monde, Floriade, a lieu chaque année aux Pays-Bas, où deux millions de personnes se réunissent. Son pendant canadien, Canada Blooms, se situe à Toronto (voir les photos ci-dessous). Selon l’American Bus Association, c’est l’un des 100 événements majeurs en Amérique du Nord.

 

Source: Canada Garden Route

Certains festivals, comme celui organisé par les Jardins de Métis, rassemblent des projets imaginés et réalisés par des architectes, des designers et des artistes de nombreux pays. Le Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire, en France, est ouvert d’avril à octobre et propose un thème différent lors de chaque édition (voir les photos ci-dessous). Cette année, les créateurs disposeront d’une parcelle du parc afin de concevoir leur projet inspiré de la thématique «Jardins des délices, jardins des délires». Les Mosaïcultures Internationales, qui ont eu lieu deux fois à Montréal, sont un exemple de rayonnement touristique. L’événement, qui se veut un lieu d’inventions et de curiosités, a attiré 750 000 visiteurs en 2003 et revient en 2013 au Jardin botanique, sur le thème «Terre d’Espérance».

 

Source: Domaine Chaumont, Édition 2011

Enfin, les fleurs peuvent être le symbole d’une région. Leur éclosion est un véritable événement et suscite la curiosité des touristes qui se déplacent pendant cette période afin de les admirer, comme le mimosa sur la Côte d’Azur, les pommiers en fleur de la Montérégie, ou encore les tulipes des Pays-Bas.

 

L’Ontario semble accorder de l’importance au tourisme des jardins, puisque l’association Landscape Ontario organise tous les deux ans un congrès sur ce thème. Au Québec, malgré une baisse de la fréquentation dans les différents sites publics, l’intérêt de la part des entreprises et des institutions est bien présent. En témoignent le retour des Mosaïcultures Internationales de Montréal ainsi que la revitalisation du Jardin botanique dans le cadre du projet Espace pour la vie. L’offre de produits touristiques autour des jardins suit la croissance de la pratique de l’horticulture par la population. Elle est assez diversifiée pour être intégrée dans la stratégie marketing du Québec.

 

Sources:

– Bélisle, Sarah. «Un circuit-jardin au cœur du centre-ville», journaldemontreal.com, 10 août 2011.

– Canada Blooms. «Canada Blooms honoured among Ontario’s top events», communiqué de presse, mai 2010.

– CNW Telbec. «Les Mosaïcultures internationales reviendront à Montréal en 2013 sous le thème Terre d’Espérance», newswire.ca, 15 mars 2012.

– Origet du Cluzeau, Claude. «Vendre le tourisme des jardins», Économica, Paris, 2011, 152 p.

– Print Measurement Bureau. Étude PMB Printemps 2012, mars 2012.

– Villes et Villages Fleuris. «Les Français et les villes et villages fleuris», villes-et-villages-fleuris.com, 14 octobre 2011.

 
  • Marie-Claire BAUMANN

    Tout à fait d’accord avec la nécessité de faire participer les communes et les particuliers au fleurissement de leur ville. Encore faut-il que ça ne soit pas un encouragement à l’utilisation massive d’engrais et autres pesticides.
    En France, des initiatives (communales) de fleurissement durable commencent à voir le jour.

  • Genoveffa

    Les jardins sont très appréciés par les visiteurs. D’ailleurs de nombreux voyagistes mettent dans leur profil, la mention Jardins. Au québec, de nombreux lieux ont des jardins magnifiques. Et pour cela, je vous invite à visiter ceux des sanctuaires du Québec: http://www.sanctuairesquebec.com

  • Marie-Andrée Boucher

    Merci Mme Lenoir pour cet article qui fait la part belle au tourisme horticole! Au Québec, les 350 municipalités Fleurons du Québec vous invitent à faire une pause fleurie dans leurs parcs et jardins verdoyants ! Découvrez-les : http://www.fleuronsduquebec.com/fichiers/Dep_fleuron_classi_2011.pdf
    Le programme de classification horticole des Fleurons du Québec reconnait l’embellissement horticole et paysager durables des municipalités québécoises.

  • André Guinnard

    L’article de Mme Lenoir décrit surtout l’effort consenti par les Collectivités publiques. En Suisse, ce sont les privés et les municipalités qui fleurissent les villes et les lieux touristiques. Mais j’aimerais souligner que les fleurs classiques, comme les géraniums sur nos façades de chalets, sont de plus en plus remplacés par des plantes « utiles » comme des légumes, des plantes aromatiques ou médicinales. Cette approche décorative est appréciées des touristes et des citadins. Elle correspond aussi à la tendance « proche de la nature » que nous voulons tous. Mon bâtiment-bureaux est d’ailleurs décoré d’une trentaine de plantes, dont des tomates, des haricots grimpants, des capucines, des fraises, etc. De plus, bien que nous soyons situés à l’altitude de 1500m, la récolte est appréciée.

  • Jacques Grisé

    Et l’association des plus beaux villages du Québec ?

  • michel Gauthier

    Bravo pour cet article!
    Simplement pour souligner qu’en Onatrio nous avons créé la Coalition Tourisme de jardins. Nous organisons une Conférence Tourisme de jardins, inspirée de celle des Jardins sans Limites en France. La prochaine aura lieu le 18 et 19 mars,2013, à Toronto pendant Canada Blooms. Nous organisons aussi la remise des Prix Tourisme de jardins annuellement.Je tiens à souligner qu’il y a maintenant un Conseil canadien tourisme de jardins.

    Heureux de voir l’expérience jardin valorisé comme expérience touristique.

  • Luc Behar-Bannelier

    Le Quebec puis l’Ontario et maintenant tout le Canada, sont moteurs du fleurissement dans les grandes villes.

    Pour avoir passé plus de 30 ans au Canada, et maintenant à la Direction des Jardins du Disneyland Paris, je suis très fier de voir la communication faite sur la route fleurie.
    Le Canada Bloom ou les routes des Jardin du Canada et toutes les initiatives prises en Bio Diversité dans le Quebec et à travers le Canada.

    Vous êtes moteur dans cette démarche. Gardez cette motivation. Vous êtes le pays du fleurissement futur.

    Ce travail ne se fait pas seul, il se fait avec Lise Cornier des Mosaïcultures de Montreal, Gilles Vincent Dir du Jardin Botanique de Montréal, Michel Gauthier dir du festival des Tulips d’Ottawa Président de MGB Tourfest qui va mettre sur pied dans qq années le plus grand >Show Horticole , Gaëtan Deschênes journaliste horticole de St Bruno , nos élus des villes et bien d’autres que je salut .Je dis bravo pour toutes ces initiatives !

    Cordialement,

    Mr Luc Behar-Bannelier
    Director Nature & Environment
    Disneyland Paris
    Tel (33) 1 64 74 46 31
    Mobile (33) 6 85 71 29 25
    luc.behar-bannelier@disney.com
    « Utube » Luc Behar-Bannelier 20 ans de Disneylend Paris …….

  • Genoveffa

    Nous avons un nouvel article écrit par Nathalie de Grandmont concernant les jardins dans nos sanctuaires: http://www.sanctuairesquebec.com/show.php?id=1200

  • Aude Lenoir

    Les Mosaïcultures sont commencées! Les fleurs et les plantes sont importantes pour l’industrie touristique et voici un autre article qui le prouve: « Les fleurs, produits touristiques rentable? » http://bit.ly/15C2mVv

Consultez notre Netiquette