Retour

Retour
Compte-rendu de conférence - 28 novembre 2011

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

novembre 2011

Recherche

L
Imprimer Enjeux, Réseaux de distribution,

Prendre des vacances, oui c’est stressant!

Le stress lié aux vacances peut se vivre à divers moments du voyage. Les éléments stressants vécus à destination sont les plus déterminants sur le niveau global de stress et influeront sur les intentions du voyageur à revisiter la destination ou à la recommander à ses parents ou à ses amis. Il est donc important de bien comprendre les rouages du stress entourant les vacances pour en atténuer les effets sur le voyageur.

Les trois moments forts du stress

Selon des chercheurs du Management Center d’Innsbruck qui ont présenté les résultats d’une étude portant sur un modèle de stress attribuable aux vacances lors de la 61e Conférence de l’Association internationale d’experts scientifiques du tourisme (AIEST), les voyageurs peuvent souffrir de stress pendant trois grandes périodes, soit avant le voyage, pendant le déplacement et à destination. Il peut être lié à des facteurs internes, qui proviennent de la personne elle-même, ou à des facteurs externes, donc issus de l’environnement extérieur.

L’avant-départ

Les jours, les semaines et les mois précédant les vacances peuvent s’avérer très stressants en raison de la planification du voyage, des modalités de travail spéciales que l’on doit parfois établir avec les collègues, des arrangements familiaux à prévoir, etc. (voir tableau 1). Toutefois, plus le séjour est court, moins ces facteurs de stress sont importants.

Le déplacement

Les retards causés par des intempéries ou des bris mécaniques dans les avions ou encore des contrôles de sécurité supplémentaires dans les aéroports sont de plus en plus fréquents et provoquent souvent du stress chez le voyageur. De plus, le décalage horaire, les craintes et les inquiétudes concernant la santé et la sécurité lors de voyages internationaux sont autant de facteurs qui rendent le voyage plus stressant (voir tableau 2).

À destination

Enfin, une fois à destination, le voyageur doit trouver un lieu d’hébergement, de restauration ainsi que les attraits qu’il a prévu visiter. Il interagira avec la population locale ou avec des employés de l’industrie touristique; autant de situations qui peuvent facilement devenir des sources de stress (voir tableau 3).

Afin de tester l’importance de ces divers facteurs de stress, les chercheurs ont sélectionné un panel national représentatif de la population américaine en matière de caractéristiques sociodémographiques. Par la suite, seuls les individus âgés de 30 ans et plus et qui ont indiqué un intérêt pour les voyages d’agrément ont été retenus pour le sondage. L’échantillon ainsi constitué comptait 110 répondants, majoritairement des hommes (52%) âgés de 48 ans en moyenne, ayant séjourné au moins deux nuitées dans un rayon de 160 kilomètres de leur domicile lors de leurs dernières vacances.

Qu’est-ce qui cause un niveau de stress élevé?

Selon les résultats du sondage, les facteurs internes occasionnent un niveau de stress plus faible que celui causé par l’environnement extérieur. Par exemple, en ce qui a trait aux facteurs attribuables à l’avant-départ, un seul élément – l’organisation du voyage – engendre un niveau de stress plus élevé que celui généré par l’environnement.

Le stress lié au déplacement s’explique lui aussi en majeure partie par des facteurs externes, soit les préoccupations qui ont trait à la sécurité, aux déplacements proprement dits et à l’organisation du voyage.

À destination, ce sont les interactions avec les résidents locaux, la visite des lieux environnants, les heures d’ouverture des attraits et les interactions avec les employés de l’industrie touristique − tous des facteurs externes − qui occasionnent les plus hauts niveaux de stress. D’ailleurs, le stress vécu à destination pèse très lourdement sur les épaules du voyageur, beaucoup plus en fait que celui lié au déplacement ou à l’avant-départ.

Enfin, le niveau global de stress du voyage (avant, pendant le déplacement et une fois à destination) est déterminant dans les intentions du voyageur de revisiter ou de recommander la destination à des parents ou à des amis.

Compte tenu de ces résultats, il s’avère primordial que les membres de l’industrie touristique s’emploient à trouver des façons de réduire ou d’éliminer le stress chez le consommateur, non seulement à toutes les étapes du voyage, mais surtout une fois à destination. Par exemple, il est possible de rassurer le voyageur en lui proposant de planifier à l’avance certains aspects, en lui expliquant en détail les divers services de l’établissement, en lui envoyant des informations sur la destination pour l’aider à préparer son séjour, en l’informant sur les meilleurs moyens de déplacement sur place, sur la température, etc. On pourrait peut-être même concevoir un petit guide des éléments essentiels à connaître sur la destination pour réduire le stress et aider le touriste à jouir pleinement de son séjour.

 

Source:

– Zehrer Anita et John Crotts. « Vacation Stress – The Development of a Vacation Stress Model Among U.S. Vacation Travelers ».

 

  • Cathy Moha ASSISTOURIST

    Cet article est interessant car unique. Peu d’enquetes sont menees sur le sujet du stress chez le voyageur, particulierement cette distinction entre stress interne et externe. Lorsque nous recevons nos clients en F2F, le stress externe que vous decrivez est tout a fait tangible et reduire ce stress est une de nos missions: assister le voyageur a tous les niveaux du stress externe en le rassurant et en prenant en charge les elements declencheurs est primordiale. Il semble que cette prise en charge reduise le stress interne, si l’on en croit nos clients, qui disent etre plus detendus a l’idee d’avoir une personne physique qui s’occupe de tout. Je constate donc que nous aidons vraiment nos clients, nous les fidelisons et de plus nous luttons efficacement contre la competition en ligne, parfois certes moins onereuse, mais la plupart du temps generatrice de stress faute de contact humain et d’assistance directe. De plus, cet article ne tient pas compte des elements particuliers qui augmentent le stress interne ou externe. En effet, specialises dans l’assistance aux voyageurs sur plusieurs niches (handicap, problemes de sante, cacheroute, peur de l’inconnu) nous remarquons que notre role d’assistance est d’autant plus important que le voyageur presente un probleme specifique comme condition prealable a son voyage, probleme qui est deja un facteur de stress interne tellement considerable qu’il augmente de facon significative le stress externe. Notre but est de travailler comme agent de voyage mais avant tout comme moderateur de stress en apportant des solutions claires, efficaces et pertinentes a chaque etape du processus de voyage.

  • QUACCHIA Eric

    Cet article est en effet très interessant car tout voyage occasionne des facteurs de stress mais aussi de plaisir et de satisfaction pour le voyageur. Il est clair que grace à cette étude, il devient possible, dans une certaine mesure, de minimiser les facteurs de stress pour le client et de maximiser les facteurs qui font la beauté et la richesse d’un voyage. Par ailleurs, cela met en exergue l’urgence dela simplification des process d’embarquement des passagers sur les bateaux de croisière et dans les aéroports, sans pour autant diminuer la sécurité des passagers.

  • Filippini MJ.

    Enfin un article un peu optimiste pour les agents de voyage et futurs agents, que nous formons, parfois en nous posant beaucoup de questions sur leur avenir….Cela prend un reel contre pied sur le discours du tout autonomie, du tout en ligne. Tout le monde n’est pas un “aventurier” des vacances, et c’est plutôt bien pour le metier!

  • Richard Lewy.

    Enfin de quoi confirmer la situation de “faiblesse” des visiteurs et notamment celle des primofréquentants. cette situation de faiblesse qui justifie une politique d’accueil sécurisante y compris sur les territoire de grande proximité.
    Mérite d’alimenter le blog

Consultez notre Netiquette