Retour

Retour
Analyse - 6 juin 2016

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

juin 2016

Recherche

L
Imprimer Marchés géographiques,

Intentions de voyage au Québec à l’été 2016

Les Ontariens, les Québécois et les Américains des États limitrophes du Québec effectueront trois séjours d'agrément d'ici octobre prochain. Au Québec, les Ontariens visiteront principalement Montréal alors que les résidents de l’Atlantique-Centre iront aussi dans les régions du Bas-Saint-Laurent et de l’Abitibi-Témiscamingue, en plus des régions de Montréal et de Québec.

Du 24 au 30 mars dernier, TNS a réalisé un sondage en ligne auprès d’un panel interactif pour le compte de Tourisme Québec; 751 Québécois, 750 Ontariens 750 résidents de la Nouvelle-Angleterre et 756 résidents de l’Atlantique-Centre ont répondu aux questions concernant leur intention d’effectuer un voyage d’agrément au cours des six prochains mois. Voici les principales conclusions.

 

Intentions de séjour

La majorité des Québécois, des Ontariens et des Américains de la Nouvelle-Angleterre et de l’Atlantique-Centre ont l’intention d’effectuer un voyage au cours des six prochains mois (entre mai et octobre) comme le démontre le graphique 1. La proportion est un peu plus élevée chez les Ontariens et chez les Américains de l’Atlantique-Centre.

intentions_voyages_Quebec_graphique1

Source: TNS

Les touristes québécois, ontariens et américains accompliront 3 voyages en moyenne, dont 2 dans leur province ou pays d’origine. Les jeunes Américains prévoient voyager un peu plus (3,8 voyages en moyenne). Les types de séjour privilégiés par les Québécois et les Ontariens sont les visites urbaines et celles de parents et d’amis alors que près de la moitié des Américains de la Nouvelle-Angleterre et de l’Atlantique-Centre envisagent un séjour au soleil, notamment les jeunes familles.

Près du tiers des répondants québécois et ontariens (31 %) effectueront au moins un séjour au Québec, dont la durée moyenne sera de 5,6 jours. Les voyageurs âgés de 50 ans et plus opteront pour une durée légèrement plus longue : 6,1 jours. Les Ontariens visiteront surtout Montréal (66 %) alors que les Québécois iront à Québec, dans les Laurentides et en Estrie (voir le graphique 2).

Intentions_voyages__Quebec_graphique2

La majorité (80 %) des répondants américains réalisera au moins un séjour aux États-Unis; le Canada se positionne au second rang, mais loin derrière avec un répondant sur cinq qui envisage de séjourner au pays. Un peu plus d’un voyageur sur dix (11 %) séjournera 5,8 jours au Québec, notamment les hommes âgés de 25 à 34 ans et les diplômés universitaires. Les principales régions au programme des visites sont Québec et Montréal, mais aussi l’Estrie, le Bas-Saint-Laurent et l’Abitibi-Témiscamingue (voir le graphique 3).

Intentions_voyages__Quebec_graphique.3

Parmi les répondants québécois et ontariens qui ne prévoient pas voyager au cours des six prochains mois, près d’un sur deux (48 %) mentionne le manque d’argent comme principale cause. Cette proportion est encore plus élevée chez les Américains de l’Atlantique-Centre et de la Nouvelle-Angleterre (64 %). Le manque de temps suit en seconde place pour tous les voyageurs.

L’Impact du taux de change et du prix de l’essence

Lors de la planification d’un voyage, le taux de change influence le choix de la destination pour plus des deux tiers des répondants québécois et ontariens, particulièrement les plus scolarisés. Si le taux de change variait dans les prochains mois, quatre répondants sur dix modifieraient leurs projets de voyage, notamment en changeant de destination. En fait, plus de la moitié des Québécois et des Ontariens qui n’ont pas l’intention d’effectuer un séjour au Québec pourraient reconsidérer leur décision après avoir pris connaissance du taux de change qui leur est défavorable par rapport au dollar américain. De plus 60 % des répondants modifieraient leurs projets de voyage si le prix de l’essence s’avérait plus favorable, en changeant de destination (58 %) ou de budget (48 %).

Les Américains de la Nouvelle-Angleterre et de l’Atlantique-Centre sont beaucoup moins préoccupés par ces deux facteurs (29 %), probablement à cause de la force du dollar américain et du prix de l’essence à la pompe relativement faible en comparaison au Canada. Seulement 13 % des répondants modifieraient leurs projets de voyage si la valeur du dollar canadien diminuait grandement dans les prochains mois. Parmi ceux-ci, la moitié augmenterait son budget de voyage.

Motivations de voyage à l’étranger

Parmi les Ontariens et les Québécois qui ont l’intention de voyager dans les six prochains mois, 38 % iront aux États-Unis, principalement pour la température et le dépaysement. Ils visiteront les États de New York (37 %), de la Floride (21 %) et de la Californie (15 %) pendant 7,3 jours en moyenne. Les principales activités prévues sont la détente à la plage et la baignade (19 %), la visite de parents et d’amis (17 %) ainsi que d’une ville ou d’un centre urbain (15 %). Notons que les Ontariens accordent plus d’importance aux prix que les Québécois. Nos voisins du Sud choisissent le Québec en raison du prix des séjours ainsi que pour la différence de culture, la température et la variété de l’offre touristique (voir le graphique 4).

Intentions_voyages__Quebec_graphique4

Entre désir et concrétisation, de quel côté penchera la balance cet été? Qu’en pensez-vous ?

 

Source de l’image à la une : pexels.com

 

 

 

 

 
  • Andrea Beliveau

    Pour ma part, je suis un peu hors statistique moi j’ai choisi Portland en Oregon pour le mois de septembre. La seule ville de la côte ouest que je n’ai pas encore visité!!

Consultez notre Netiquette