Retour

Retour
Analyses - 20 octobre 2010

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

octobre 2010

Recherche

L
Imprimer Ailleurs dans le monde, Produits et activités,

Les cimetières: un patrimoine religieux et un héritage socioculturel à préserver et à valoriser

Les cimetières représentent un héritage religieux, historique, artistique et social. Leur visite permet de jouir d’une meilleure compréhension de l’histoire et des traditions des communautés locales. Ces nécropoles, témoins d’un patrimoine culturel et identitaire, se modernisent, se diversifient et innovent pour accueillir des visiteurs aux comportements hétéroclites. Réaménagements, interprétation historique et adaptation technologique sont autant de projets qui animent les cimetières à travers le monde.

Pourquoi visiter des cimetières?

Source: The Dark Tourism Forum (cemetery tourism)

Les cimetières, gardiens de la richesse d’une mémoire collective, attirent les gens pour plusieurs raisons:

Ils ont une fonction sociale, dans la mesure où ils représentent des lieux de rassemblement et de recueillement pour les vivants. Autrefois visités lors de promenades familiales, ils demeurent de nos jours des endroits de souvenirs où les vivants inscrivent la mémoire de leurs défunts. Cela leur permet de les visiter et de se recueillir sur leur tombe.

Certains visiteurs sont attirés par le calme et la sérénité qui règnent dans ces lieux. Hors de l’espace et du temps, ils sont des endroits propices au repos et à la réflexion.

La beauté de ces musées à ciel ouvert séduit les visiteurs. Cet esthétisme se reflète dans l’architecture des lieux (chapelles funéraires, mausolées, aménagement des allées), leur aménagement paysager (environnement naturel, végétation) ainsi que leur art funéraire (sculptures, monuments, ornements, stèles). Ces richesses sont parfois de véritables œuvres d’art qui donnent à chaque cimetière un caractère particulier.

Source: Art funéraire du Cimetière Recoleta (Buenos Aires)

La célébrité des défunts attire des admirateurs voulant leur rendre un dernier hommage et s’imprégner de leur aura. Les cimetières du Père-Lachaise à Paris ou La Recoleta à Buenos Aires bénéficient d’une renommée internationale, entre autres grâce à la notoriété des défunts qui y ont trouvé leur dernier repos.

Pour augmenter leur attractivité, les cimetières doivent remplir certains critères:

L’interprétation du patrimoine des lieux est essentielle, car elle enrichit la visite. Le cimetière du Père-Lachaise, par exemple, accueille chaque année environ deux millions de visiteurs. Deux de ses conteurs prodigieux sont devenus de vraies icônes du cimetière. Thierry Le Roi, nécro-romantique comme il se plaît à se définir, y offre d’incontournables visites-spectacles qui mettent en valeur l’aménagement, les monuments, les célébrités et l’art funéraire du cimetière. Bertrand Beyern, lui, parle de «Safaris nécropolitains» qu’il organise autour de thématiques variées.

Bien entendu, l’interprétation ne se limite pas aux visites guidées; elle peut également inclure de la documentation ou la création de musées. Par exemple, l’Écomusée de l’Au-Delà, organisme à but non lucratif fondé à Montréal, œuvre pour sensibiliser les citoyens et les autorités à la sauvegarde, la conservation, la restauration et la connaissance des cimetières.

Si la proximité des transports publics facilite et favorise l’accès aux cimetières, l’éloignement de ceux-ci les désavantage, les visiteurs privilégiant les sites qui leur sont accessibles plus facilement.

Des traditions et des initiatives qui se démarquent

Certains cimetières se distinguent par l’originalité des activités qu’ils proposent, d’autres séduisent par l’héritage traditionnel qu’ils continuent de célébrer, d’autres encore s’allient et font front ensemble.

À titre d’exemple, le cimetière de Nashville aux États-Unis organise des visites historiques, Living history tours, animées par des guides costumés en personnages d’antan. Premiers colons, soldats, maires, artistes et autres citoyens éminents ainsi que des gens ordinaires de toutes les époques jouent la visite-spectacle.

Source: Visite guidée du cimetière de Nashville

Au Mexique, et plus particulièrement dans la région d’Oaxaca, la visite des cimetières prend tout son sens lors de la célébration de la Fête des morts, un véritable festival se tenant la dernière semaine d’octobre. Les entrées des maisons, des hôtels, des restaurants et des boutiques sont décorées de fleurs et d’offrandes. Des autels y sont érigés et l’encens embaume l’air.

Source: Veillée dans un cimetière de Oaxaca pour la célébration de la fête des morts

Une veillée est organisée dans les cimetières, et les étrangers sont les bienvenus pour assister à ce recueillement commémoratif où seuls les chants funèbres animent le silence de la nuit. Ces festivités sont très prisées par les touristes qui veulent prendre part à des coutumes authentiques et pittoresques.

Le cimetière Evergreens dans l’État de New York propose des visites guidées sous des thématiques très variées allant des tours militaires de la guerre de sécession à des visites d’observation des oiseaux, surtout pendant les périodes migratoires.

En Europe, la Route des Cimetières, soutenue par l’Association des cimetières significatifs d’Europe (ACSE), a reçu en mai 2010 la mention «Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe». Cet itinéraire a pour objectif de promouvoir la valeur patrimoniale des nécropoles européennes. Plus d’une quinzaine de pays participent à cette initiative.

Si les cimetières évoquent le passé, leur gestion est moderne: place à la technologie

Au Québec, nos cimetières font aussi leur chemin. Agrandissements, réaménagements, fouilles archéologiques et interprétation historique sont des défis permanents.

Le parc-cimetière Saint-Matthew dans la ville de Québec a rouvert ses portes récemment après qu’un chantier de modernisation lui ait permis de prendre un virage technologique. Depuis peu, la nécropole propose un circuit guidé sur iPod et iPhone. L’itinéraire dure environ 40 minutes et est agrémenté d’ambiance sonore, de documents d’archives et de photographies pour mieux comprendre l’histoire du cimetière et de ses locataires.

Source: La technologie au service de  visites de cimetières

En Israël, la Hevra Kaddisha (l’assemblée sainte faisant office de pompes funèbres) a aussi investi dans les nouvelles technologies. Un service SMS permet aux visiteurs d’envoyer un message comportant le nom du défunt à un numéro particulier, et ils reçoivent en réponse un texte indiquant le chemin pour se rendre au tombeau désiré. Bientôt, un assistant personnel (PAD) sera mis à la disposition des visiteurs pour les mener directement à la pierre tombale souhaitée tout en leur permettant, en cours de route, de voir des photos du défunt, de lire sa biographie et d’accéder à des prières. Plus tard, des services auxiliaires seront ajoutés, comme l’abonnement aux services de maintenance des tombes. Ces services sauront-ils interpeller les fervents admirateurs de certains défunts?

À Montréal, le cimetière Notre-Dame-des-Neiges propose un dispositif appelé «Le Médaillon de la mémoire». Il se fixe sur un monument, une crypte ou une niche et permet de visualiser une photographie et une biographie du défunt grâce à un lecteur portatif.

Source: Cimetière Notre Dame des Neiges

Bien que les cimetières soient des espaces dédiés aux morts, ils parlent également aux vivants. Les considérer uniquement comme un lieu commémoratif serait nier une grande partie de leur richesse. La compréhension de leur patrimoine présente une véritable occasion de contribuer à valoriser et à faire connaître la mémoire collective.

Sources

 

Consultez notre Netiquette