Retour

Retour
Analyse - 23 octobre 2013

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

octobre 2013

Recherche

L
Imprimer Produits et activités,

Un nouveau souffle pour le patrimoine industriel

Usines, mines, hauts fourneaux, silos à grains, fonderies… autant de sites témoins du passé industriel, délaissés et qui, pourtant, ont le potentiel de devenir de véritables centres artistiques, culturels ou récréotouristiques. Les vestiges de l’ère industrielle peuvent contribuer à une offre touristique innovante et attrayante.

Généralement situées près des centres urbains, les friches industrielles couvrent souvent de grandes surfaces, et leur reconversion laisse place à une multitude d’activités. Parcs récréatifs, boutiques, restaurants, galeries d’art, musées: voilà quelques exemples d’aménagements pouvant satisfaire une variété de clientèles. Certaines villes ont fait preuve d’innovation et revitalisé leurs quartiers industriels au bénéfice tant de la population locale que des touristes. Grâce à ces démarches, le patrimoine industriel revit, et sa reconversion s’inscrit dans les tendances de développement durable.

L’Allemagne: pionnière de la mise en valeur du patrimoine industriel

Plutôt que de délaisser les vestiges miniers devenus désuets, le gouvernement a sélectionné quelques sites pour les transformer en attractions culturelles

L’Allemagne et la région de la Ruhr ont ouvert la voie dans la redynamisation d’anciennes infrastructures industrielles en attraits culturels. Leurs efforts ont abouti en 2010 à la sélection de la Ruhr comme Capitale européenne de la culture, une première pour une région. Plutôt que de délaisser les vestiges miniers devenus désuets, le gouvernement a sélectionné quelques sites pour les transformer en attractions culturelles. Ainsi, un des plus grands gazomètres au monde a été reconverti en espace d’exposition. L’ancien moulin de Duisbourg abrite maintenant une collection d’art moderne, et les hauts fourneaux de Duisbourg-Nord sont devenus un parc paysager incluant un mur d’escalade, des sentiers de vélo de montagne et un spectacle d’illuminations de soir. Des résidus miniers ont été transformés pour former une piste de ski, un autre gazomètre est devenu un centre de plongée et un ancien puits de mine accueille un club de parachutisme intérieur; les exemples de reconversion ne manquent pas.

CL_nouveau_souffle_patrimoine_industriel_image1

Zollverein: une mine d’activités

Le complexe industriel de la mine de charbon de Zollverein (couvrant 100 hectares) a été transformé en centre multifonctionnel pour les arts, la culture, les entreprises de création et les activités récréotouristiques. Sa reconversion avait débuté en 1990, et l’endroit a depuis été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le site attire maintenant près d’un million de visiteurs annuellement.

Une piscine se trouve au cœur des infrastructures métalliques de l’usine, et des sentiers de randonnée pédestre ou cyclable entourent l’ancienne mine. Offrant une vue imprenable de ce site du patrimoine mondial et un bon aperçu de son fonctionnement, une grande roue plonge à l’intérieur d’un des anciens fourneaux pour ensuite s’élever au-dessus des bâtiments. L’hiver, une patinoire de 150 mètres longe les infrastructures.

Les installations restées intactes abritent le «sentier monumental de Zollverein». Des visites guidées permettent aux participants de se familiariser avec l’extraction du charbon, dont le processus est illustré à l’aide de maquettes, de films, d’installations muséo-techniques et d’un accompagnement sonore. Le soir, les bâtiments sont illuminés par un spectacle de lumières.

CL_nouveau_souffle_patrimoine_industriel_image2

En plus de ces activités récréotouristiques, Zollverein se spécialise dans la diffusion culturelle. Du jazz à la musique pop, le site a reçu depuis 1997 plus de 160 concerts et favorise maintenant le développement des arts de la danse, du théâtre, des arts visuels et de la performance artistique. On y retrouve aussi le Musée Red Dot Design, qui est l’un des plus grands centres d’exposition de design contemporain. Les passionnés de gastronomie ne sont pas en reste, car plusieurs restaurants et cafés sont présents. L’un de ces derniers fait un clin d’œil à l’histoire de l’ancienne entreprise en offrant des aliments que l’on retrouvait typiquement lors des pauses des travailleurs de la mine.

CL_nouveau_souffle_patrimoine_industriel_image3

Les produits locaux au premier plan

À quelques pas du centre-ville de Toronto, une ancienne distillerie de whisky est devenue l’un des plus grands quartiers piétons consacrés à la promotion des arts, de la culture et du divertissement. Ouvert depuis 2003, le Distillery Historic District regroupe des cafés, des galeries d’art de renommée mondiale, des restaurants chics, des théâtres et quelques-unes des boutiques les plus prisées de la ville. Les mois d’été regorgent d’activités: festivals de musique et d’art, marchés de producteurs, événements de dégustation de bières, etc. Le site accueille aussi plus d’une quarantaine d’entreprises: firmes de design, agences de publicité, sociétés de production de films, toutes inspirées par le décor industriel de l’ancienne usine. Aucune franchise ni aucune marque nationale ne se trouvent à la Distillery, les visiteurs ont droit à une expérience unique de la culture torontoise.

CL_nouveau_souffle_patrimoine_industriel_image4

Anciens silos à grains: une base pour l’escalade sur glace

Les reconversions ne se limitent pas aux zones urbaines

Les reconversions ne se limitent pas aux zones urbaines. À Cedar Falls, dans l’Iowa, des silos à grains non utilisés ont été transformés en murs d’escalade sur glace d’une hauteur de huit étages. Des systèmes de tuyaux accrochés au sommet des silos font couler de l’eau, qui gèle et crée le mur de glace, les conditions d’ascension variant selon la météo et le vent. Débutants comme experts peuvent ainsi parfaire leurs compétences et profiter de ces monuments agricoles réadaptés.

Pour bien des communautés de quelque envergure que ce soit, les vestiges industriels restent peu exploités. Le sort du silo numéro 5 du Vieux-Montréal ou du complexe de Canada Malting, le long du canal Lachine, demeure incertain. Ces sites industriels ont le potentiel de devenir de véritables attraits, qui sauront plaire à la population locale ainsi qu’aux touristes, tout en préservant les valeurs paysagères, historiques et architecturales de la destination. Quel avenir voyez-vous pour le patrimoine industriel de votre ville?

Analyse réalisée grâce à un partenariat avec Tourisme Montréal sur le tourisme culturel

 
  • Mireille Giraudon-Soto

    Bonjour,
    Article intéressant, il est vrai qu’il doit y avoir bcp de potentiel à explorer du côté des friches industrielles.
    Personnellement je suis tout près de Marseille qui, comme vous le savez certainement, est capitale européenne de la culture 2013 et qui a joliment préservé et mis en valeur quelques uns de ces anciens sites industriels.
    La friche de la Belle de Mai, les docks de la Joliette, le grand silo, le théâtre de la Criée.
    Bonne visite à tous.
    Mireille.

Consultez notre Netiquette