Retour

Retour
Analyse - 17 décembre 2013

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

décembre 2013

Recherche

L
Imprimer Segments de clientèles,

Ces voyageurs en quête de défis

Le triathlon, la course d’aventure et le ski acrobatique figurent parmi les activités de plein air enregistrant la plus forte croissance des trois dernières années. L’être humain cherche à relever des défis: l’offre touristique propose de belles occasions.

L’appel de l’aventure

Selon l’Adventure Tourism Market Study de 2013, près de 42% des voyageurs internationaux en provenance de l’Europe et de l’Amérique (du Nord et du Sud) ont rapporté une activité d’aventure comme étant le motif principal de leur dernier séjour. Pour l’année 2012, ce tourisme est estimé à 263 milliards de dollars US, comparativement à 89 milliards en 2009, soit une hausse annuelle moyenne de 65%.

Le tourisme d’aventure douce est responsable de la plus grande part de cette augmentation des revenus. Le graphique 1 ci-dessous illustre la répartition des voyages pour les trois groupes (Amérique du Nord, Amérique du Sud et Europe). Les voyages d’aventure extrême, qui comprennent notamment l’escalade, l’héliski ou encore le kitesurfing, demeurent marginaux mais sont en forte croissance. Ils représentent 8% des séjours internationaux des Européens et 5% de ceux des voyageurs d’Amérique du Sud. Ces marchés démontrent un grand engouement pour ce type d’expériences en enregistrant des hausses respectives de 54% et de 153% en trois ans. Les dépenses de ces voyageurs de l’extrême ont crû de 25% à 85%, selon les régions. L’étude démontre aussi que la durée de leur séjour a augmenté, passant de 7 jours en 2009 à 9 jours en 2012.

CB_Voyageurs_quete_adrenaline_graph1

Source: Adventure Tourism Market Study 2013

Des activités en forte croissance

la course d’aventure, les triathlons hors route et traditionnel, le télémark et le ski acrobatique enregistrent les taux de croissance les plus élevés

Le cas des touristes internationaux venant de l’Amérique du Nord est différent. Leur dernier voyage consistait en un séjour d’aventure extrême pour moins de 1% d’entre eux. Il s’agit là d’une baisse de 20% depuis 2009. Il faut néanmoins souligner que la liste des activités utilisée pour catégoriser les voyageurs d’aventure extrême n’est pas exhaustive, loin de là. On note l’absence, entre autres, des activités de plein air qui connaissent la plus forte croissance depuis quelques années. En effet, selon l’Outdoor Participation Report 2013, la course d’aventure, les triathlons hors route et traditionnel, le télémark et le ski acrobatique enregistrent les taux de croissance les plus élevés parmi un grand nombre d’activités de plein air, douces et extrêmes confondues (voir le graphique 2).

CB_Voyageurs_quete_adrenaline_graph2

Source: Outdoor Foundation

Pour les mordus, mais aussi les novices

L’aventure sportive extrême n’interpelle pas tout le monde, mais elle séduit un marché grandissant. Les mordus de sensations fortes y consacrent une large part de leurs vacances, de leur temps libre et de leur budget. Certaines activités ne s’adressent qu’à cette niche de fanatiques, puisqu’elles nécessitent des aptitudes et de l’expérience.

D’autres loisirs sont toutefois appelés à se démocratiser. C’est notamment le cas du vélo de montagne de descente. Des stations de ski offrent des séances de formation afin d’initier une nouvelle clientèle. Certains voyageurs cherchent à relever des défis; ils profiteront donc d’un voyage pour prévoir une expérience intense et mémorable, où leur endurance ou bien leur peur des hauteurs sera mise à l’épreuve. L’ascension d’un sommet ou le saut en parachute se prêtent aussi à ce type d’attentes.

Endurance, intensité et vertige au programme

L’engouement pour le tourisme d’aventure incite les destinations à enrichir cette offre. Voici quelques exemples d’activités d’aventure extrême.

Les courses d’aventure

Les courses à obstacles telles que Tough Mudder ou Spartan Race, en tournée à travers le monde et souvent hébergées par des stations de ski en été, comptent parmi les activités extrêmes les plus en vogue. Courir dans la boue, ramper sous des fils barbelés, grimper des parois à l’aide de câbles: les différents efforts imposés aux participants n’ont bien souvent comme finalité que de voir ces derniers simplement terminer la course tout en relevant un défi avec des proches. Selon certains hôtes de ces événements, ils offrent une visibilité de la montagne à une clientèle élargie, en dehors de la saison de ski, dans une ambiance festive et mémorable (voir la vidéo ci-dessous).

 

Slackline

Marcher sur une sangle large de 5 cm et tendue entre deux points fixes, voilà en quoi consiste la slackline. Lorsque celle-ci est suspendue entre deux falaises à plusieurs centaines de mètres de hauteur, on parle de highline. Un système de harnais similaire à celui utilisé pour l’escalade permet aux téméraires de s’y adonner en minimisant les risques. La popularité de cette pratique a poussé la région du Vercors, en France, à organiser un rassemblement d’une semaine en juillet dernier.

CB_Voyageurs_quete_adrenaline_image1

Photo: Alain Marcus – Source: skiinfo.fr

Nager dans un lac gelé

Le parc national du Lake District, en Angleterre, accueillait en janvier 2013 sa première course de natation en eau libre. La Big Chill Swim a attiré 261 nageurs, professionnels et amateurs. Les participants ont pu tester leur endurance dans une eau à 4,6°C, combinaison thermique interdite… (voir la vidéo ci-dessous)

CB_Voyageurs_quete_adrenaline_image2

Source: Telegraph

Défi Ironman

Les courses d’endurance extrême connaissent une grande popularité. La station de villégiature Tremblant a su tirer profit de cette tendance avec la mise en place des infrastructures nécessaires pour accueillir la course Ironman: 3,8 km de natation, 180 km de vélo puis 42,2 km de course à pied. Cet événement, qui en était à sa 2e édition en 2013, attire 2 500 athlètes du monde entier et leurs proches. Pour l’Ironman 70.3, les distances à parcourir sont coupées de moitié (voir la vidéo ci-dessous).

Souriez, vous êtes filmé!

Les amateurs d’aventure extrême aiment bien filmer leurs exploits et les partager sur les médias sociaux. Donnez-leur le goût de parler de votre région ou de votre établissement en leur offrant des occasions de vivre des aventures mémorables!

Source(s)

- Adventure Travel Trade Association et The George Washington University. «Adventure Tourism Market Study 2013», adventuretravel.biz, août 2013.

- Alby, Nora. «Mud Mania: Ski Areas Capitalize on Latest Rage in Adventure Racing», NSAA Journal, vol. 20, no 3, juin/juillet 2012, p. 26-29.

- Géo Plein Air. «25 tendances : Le fix d’adrénaline», geopleinair.com, consulté le 10 septembre 2013.

- Good, Alastair. «Cold water swimming in Windermere», Telegraph.co.uk, 3 février 2013.

- Outdoor Foundation. «Outdoor Participation Report 2013», Outdoorfoundation.org, 2013.

- P., Olivier. «Le Vercors se met à la slackline», skiinfo.fr, 27 mai 2013.

-  Reid, Sarah. «20 unmissable extreme sports (and where to try them)», lonelyplanet.com, 4 juin 2013.

-  Tourisme Mont-Tremblant, communiqué de presse. «La région de Mont-Tremblant transformée en pôle d’entraînement nord-américain de haut calibre», 18 avril 2013.

 

  • Michel J. Bédard

    Bonjour Claudine, Juste vous signaler que j’apprécie beaucoup vos articles. On y trouve des informations pertinentes à propos des nouvelles tendances dans le secteur du management touristique. Sur ce je vous souhaite d’agréables moments pour le Temps des Fêtes. Bonne Année 2014!

    Michel J. Bédard
    ARTEPOLIS MONTRÉAL & Résidence-Villa Arte Mexico

    • Claudine Barry

      Merci beaucoup M. Bédard pour ce message des plus stimulants! Je vous souhaite également de très joyeuses fêtes et une excellente année!!

  • Sebastien

    Merci Claudine 🙂 Cet article tombe à point pour notre projet Ultra-Trail Harricana de Charlevoix. Nous allons l’ajouter en annexe dans notre plan d’affaires et notre plan de commandite.

  • Claudine Barry

    Salut Sébastien! Bien contente que cet article puisse contribuer à mousser ce bel événement! En passant, une erreur vient d’être corrigée dans le 1er paragraphe: la croissance des dépenses a augmenté en moyenne de 65% annuellement(et non sur trois ans)…!

Consultez notre Netiquette